BFM Business

Comment les opérateurs profitent de la fin du roaming

C'est l'effervescence commerciale chez les opérateurs télécom en vue de la fin du roaming.

C'est l'effervescence commerciale chez les opérateurs télécom en vue de la fin du roaming. - JOSEP LAGO - AFP

Les opérateurs télécoms, embêtés par la fin annoncée des frais d'itinérance en Europe, en prennent leur partie. En attendant son instauration le 15 juin, ils rivalisent d'offres agressives pour tenter de glaner des clients au passage.

Dans quelques semaines maintenant, le 15 juin, les frais d'itinérance seront abolis dans l'Union européenne. Cela veut dire qu'il n'y aura plus de surcoût à l'étranger, au grand dam des opérateurs. Ces derniers tentent tout de même de profiter de l'occasion pour animer le marché avec de nouvelles offres et pourquoi pas attirer au passage de nouveaux clients.

Et ils ont su faire preuve d'agressivité. Dès le mois de mars, Free, toujours en position d'agitateur, anticipe la décision européenne et annonce que son forfait à 19,99 euros comprend désormais les appels non-surfacturés vers l'Europe, mais aussi nombre de pays étrangers plus lointains, comme les États-Unis, le Canada, l'Australie, la Nouvelle-Zélande et Israël.

Compenser une future perte de résultats

Quelques jours plus tard, SFR réplique dans l'une de ses offres, qui inclut (en attendant la fin du roaming), trois fois plus de données à l'étranger (15Go). Puis est venu le tour d'Orange qui le premier, à la mi-mai, met fin au surcoût pour tous ses clients. Et enfin Bouygues Télécom a suivi cette semaine, lançant au passage de nouveaux forfaits à des tarifs très compétitifs.

La période est décidemment propice à l'agitation commerciale. Certains incluent d'autres pays sans frais d'itinérance, d'autres lancent des forfaits illimités en 4G. Les opérateurs tentent ainsi d'attirer des clients qui compenseront peut-être un peu la perte de résultat liée à la fin du roaming en Europe.

Simon Tenenbaum, édité par N.G.