BFM Business

Comment Change.org surfe sur la vague des pétitions en ligne

Internationale, avec des bureaux dans dix-huit pays, la plate-forme Change.org est déjà disponible en une vingtaine de langues.

Internationale, avec des bureaux dans dix-huit pays, la plate-forme Change.org est déjà disponible en une vingtaine de langues. - AFP Thomas Samson

Le site internet fédère des milliers de signataires sur les sujets de société. Ses récents faits d'armes :  les pétitions contre la loi sur le renseignement ou Agnès Saal (ex-INA).

Environ 31.0000 signatures en ligne obtenues en 24 heures. Ce fut le résultat éclair obtenu à la suite du lancement, sur le site Change.org, d’une pétition réclamant la démission d’Agnès Saal, dès sa mise en cause pour des frais de taxis somptuaires lorsqu'elle était encore en fonction à l'INA.

Si le sort de l'ex-présidente de l'INA aurait été scellé de toute manière en raison de la gravité des faits qui lui étaient reprochés, la rapidité de la mobilisation des internautes est devenue une des marques de fabrique du site Internet.

La pétition lancée contre le projet de loi sur le renseignement, en cours de discussion au Parlement, n'a t-elle pas déjà réuni plus de 121.000 signatures d'internautes sur la plate-forme Internet ?

Change.org est en train de s'imposer comme une sorte d'agora numérique mondiale, et pas seulement française, au service des mobilisations citoyennes liées à des causes allant des libertés publiques à l'environnement, la justice sociale, l'éducation ou la santé.

Lancé aux États-Unis en février 2007 par Ben Rattray, actuel directeur exécutif, Change.org est aujourd’hui disponible en une vingtaine de langues.

Arrivée en France en mars 2012, la plate-forme de pétition en ligne a connu un essor rapide. Un an plus tard, elle revendiquait déjà 1 millions d'utilisateurs. Aujourd'hui, elle en compterait plus de 4,5 millions dans notre pays et 96 millions dans le monde et 31 000 pétitions ont été mises en ligne en trois ans de présence en France.

La plate-forme a levé 25 millions de dollars de fonds fin 2014

La plateforme est animée par une équipe de 250 salariés dans le monde, présents dans 20 pays où sont implantés des bureaux. Chaque mois, Change.org accueille 40.000 nouvelles pétitions, globalement.

Pour financer sa croissance, la société a levé 25 millions de dollars supplémentaires fin 2014, après une première levée de fonds réalisé en 2013. Bill Gates, Richard Branson, Arianna Huffington et même Ashton Kutcher, figurent parmi les nouveaux investisseurs ayant participé à cette levée de fonds.

Ni association, ni entreprise cotée en bourse, le site internet appartient au millier d'entreprises certifiées de type "B Corporation".

Lancé aux Etats-Unis en 2006 par l'ONG B Lab, ce label regroupe des sociétés cherchant à concilier performance économique et poursuite d'objectifs environnementaux et sociétaux.

Le modèle économique de Change.org repose notamment sur les recettes des campagnes de publicité en ligne que paie des associations ou des ONG pour être présentes sur le site. Le site reste toutefois discret sur ses chiffres financiers et comptables.

Frédéric Bergé