BFM Business

Comment Axa va sécuriser les trajets en covoiturage de BlaBlacar

Blablacar et Axa proposent deux garanties d'assurance et d'assistance additionnelles gratuites pour les utilisateurs du service de covoiturage

Blablacar et Axa proposent deux garanties d'assurance et d'assistance additionnelles gratuites pour les utilisateurs du service de covoiturage - AFP Kenzo Tribouillard

L'assureur a signé un accord avec Blablacar qui permettra de limiter les conséquences financières d'éventuels problèmes tant pour le conducteur que pour les passagers. Le tout gratuitement pour les utilisateurs du site.

Si le covoiturage secoue le transport de personnes, il bouscule aussi les certitudes des assureurs qui y voient une opportunité d'étendre leur savoir-faire. Blablacar et Axa ont ainsi décidé de s'allier pour étendre les garanties de leur contrat d'assurance et d'assistance pour les "covoitureurs", conducteurs et passagers. Elles seront proposées en France et au Royaume-Uni sans aucun surcoût pour les utilisateurs du site, sachant que dans le cadre du covoiturage avec partage de frais, l'assurance automobile du conducteur fonctionne normalement mais prévoit des franchises et ne peut garantir aux passagers toute l'assistance donc ils ont besoin en cas de panne du véhicule.

"C'est une démarche logique pour Axa, lui-même en pleine transformation numérique, que de s'associer avec la première plate-forme Internet française de covoiturage" explique Frédéric Tardy, directeur du marketing et de la distribution de l'assureur.

"Il faut ôter le doute qui traîne dans l'esprit des candidats au covoiturage en offrant des garanties additionnelles qui n'étaient pas proposées" ajoute Nicolas Brusson, co-fondateur et directeur général de Blablacar.

La garantie "d'arrivée à destination" est désormais incluse

En l'occurrence, les deux partenaires proposent désormais de garantir l'arrivée à destination pour le conducteur et ses passagers, sous forme d'une assistance en cas d'immobilisation du véhicule. Blablacar et Axa prendront en charge le dépannage, le remorquage du véhicule et l'acheminement de tous les membres présents dans le véhicule jusqu'à leur destination finale.

La deuxième garantie proposée couvre le prêt de volant à des passagers. Axa remboursera le montant de la franchise que l'assureur automobile principal du véhicule laisse à la charge de l'assuré en cas de sinistre responsable (s'il a une clause de conducteur exclusive). Le passager devenu conducteur devra toutefois avoir plus de 3 ans de permis pour être ainsi couvert.

Ces deux assurances sont intégralement prises en charge par les deux Axa et Blablacar, sans surcoût. Un numéro d'appel est mis à disposition des covoitureurs, joignable en 24/24 et 7/7.

Chacun des deux partenaires trouve son intérêt dans cette alliance. Le covoiturage repose sur la confiance et la plate-forme d'intermédiation agit comme un tiers de confiance. En nouant une alliance avec Axa, Blablacar peut espérer convertir de nouveaux adeptes du partage de voiture et étendre ainsi son marché face à la SNCF notamment.

L'assureur reste discret sur l'évaluation des risques couverts

Du côté de l'assureur, c'est l'appât d'un nouveau marché qui a besoin de "sûreté" et de garanties, qui est sa principale motivation.

"Nous sommes convaincus que nous avons un rôle clé à jouer dans son développement puisqu’elle repose sur la confiance, confiance que l’assurance permet de renforcer. Notre ambition est devenir l’un des assureurs leaders de l’économie collaborative et ce partenariat représente donc une étape stratégique", a déclaré Frédéric Tardy, directeur marketing et distribution du groupe Axa.

En revanche, l'assureur est resté très discret sur l'évaluation des risques couverts et sur les modèles de tarification. "Il est normal que nous allions sur de nouveaux marchés pour lesquels nous n'avons pas toute l'antériorité nécessaire sur le des données relatives à la sinistralité" se contente d'expliquer Frédéric Tardy, d'Axa.

Frédéric Bergé