BFM Business

Comment Anne Lauvergeon a donné des ailes à Sigfox

Présidente du conseil d'administration de Sigfox depuis avril 2014, Anne Lauvergeon accompagne la start-up dans sa stratégie à l'international. Elle a participé directement à la préparation du tour de table record de 100 millions d'euros.

Présidente du conseil d'administration de Sigfox depuis avril 2014, Anne Lauvergeon accompagne la start-up dans sa stratégie à l'international. Elle a participé directement à la préparation du tour de table record de 100 millions d'euros. - Martin Bureau AFP

Avec 100 millions d'euros levés et un tour de table mondial, cette société présidée par Anne Lauvergeon réalise une prouesse unique pour une start-up française. Son savoir-faire dans les réseaux pour objets connectés lui ouvre un potentiel énorme sur tous les continents.

Sigfox joue désormais dans la cour des grands. Cette start-up française a développé une technologie connectant en réseau tout type d'objet en s'affranchissant de toute contrainte géographique. Et quatre ans après sa création, elle se présente comme un exemple unique dans le paysage de l'innovation française.

De fait, à ce jour elle est la seule start-up française à pouvoir se targuer d'avoir lever 100 millions d'euros. Un exploit qui consacre à la fois l'arrivée de nouveaux investisseurs et la mondialisation de ce tour de table. Aux trois grands opérateurs télécoms (l'Espagnol Telefónica, le Coréen SK Telecom et le Japonais NTT Docomo Ventures) s'ajoutent le fonds d'investissements américains (Elliott Management Corporation) et les groupes industriels GDF SUEZ, Air Liquide ainsi que l'opérateur satellitaire Eutelsat.

1500 antennes pour couvrir la France

"Cette levée de fonds a été sur-souscrite c'est à dire que nous n'avons pas pu satisfaire toute les demandes des investisseurs. Elle va nous permettre de nous développer à l'international, sur les zones des opérateurs asiatiques montés à notre capital ainsi qu'aux Etats-Unis" explique Anne Lauvergeon, présidente du conseil d'administration.

Bpifrance, qui accompagne l'entreprise depuis 2013 ainsi que les investisseurs financiers historiques, Elaia, IXO PE, Partech Ventures et Idinvest ont également participé à cette nouvelle augmentation de capital. 

Véritable opérateur de réseau, Sigfox est en mesure de déployer un réseau radio couvrant tout le territoire de la France, avec seulement 1.500 antennes déployés sur les toits et les points hauts. "C'est un investissement de l'ordre de 10 à 15 millions d'euros qui nous a été nécessaire pour couvrir un pays comme la France" explique Ludovic Le Moan, son directeur général. Une paille par rapport aux milliards d'euros nécessaires pour bâtir un réseau mobile cellulaire classique !

Son grand atout technologique -qui lui ouvre les portes du marché mondial- est d'utiliser des fréquences non soumises à des licences, disponibles dans tous les pays. Son offre est aussi compatible avec l'utilisation de satellites pour couvrir des territoires inaccessibles, d'où l'arrivée d'Eutelsat à son capital. Son modèle économique, calé sur celui des opérateurs, repose sur la facturation modique et simple (1 euro par objet connecté) liée à l'utilisation de son réseau.

Un portefeuille de 5 millions d'objets connectés à raccorder

Hors de France, la start-up s'appuie sur un partenaire local qui se charge du déploiement de sa technologie. En Espagne, il a fallu environ seulement 12 mois à son partenaire Abertis, un exploitant d'autoroutes. Des déploiements sont en cours au Royaume-Uni, en Belgique et en Hollande. Même aux Etats-Unis, Sigfox, qui a été autorisé par le régulateur américain à déployer sa technologie, se prépare à planter ses antennes en Californie

De leurs côtés, les objets à connecter n'ont besoin que de petits composants du marché pas chers, pour communiquer sur le réseau déployé par Sigfox. "Nous avons travaillé avec le groupe Securitas Direct, qui a pu modifier ses centrales d'alarmes sans tout bouleverser pour les relier à notre réseau" explique Ludovic Le Moan, directeur général.

Un projet d'introduction en bourse, confirmé pour 2016

En France, la start-up multiplie les installations concrètes : télé-relevé de compteurs d'eau dans l'Ain, 15.000 boîtiers de télé-assistance pour personnes âgées dans le Loiret, télésurveillance de plaque d'égouts...Sigfox estime que tous ses projets en cours, qui lui ont déjà été commandés, totalisent un parc de 5 millions d'objets à connecter.

Le prochain grand horizon de la start-up française sera la préparation de son introduction en bourse en 2016. "L'introduction de Criteo a été une belle réussite. Nous espérons faire au moins aussi bien" esquisse avec un sourire en coin, Ludovic Le Moan.

Frédéric Bergé