BFM Business

Comment Alibaba va aider la France à booster ses exportations

Jack Ma, fondateur d'Alibaba, et Laurent Fabius, ministre des Affaires étrangères, se connaissent, s'estiment et veulent s'aider l'un l'autre.

Jack Ma, fondateur d'Alibaba, et Laurent Fabius, ministre des Affaires étrangères, se connaissent, s'estiment et veulent s'aider l'un l'autre. - Mark Ralston - AFP

Le géant chinois de l'e-commerce a annoncé son intention d'ouvrir un bureau en France. Les enseignes françaises pourraient ainsi trouver un nouveau canal pour toucher la clientèle asiatique.

L’expansion internationale d’Alibaba ne se limitera pas aux continents asiatique et américain. Le géant veut tous les conquérir. Lors d’une conférence qui s’est tenue mardi à Paris, son président, Michael Evans, a dévoilé son prochain objectif: la France.

En Europe, le géant chinois dispose déjà d’un bureau à Londres. Lors d’une entrevue à Shanghai avec Laurent Fabius fin 2014, Jack Ma, fondateur et PDG du groupe de distribution, indiquait qu’il désirait installer des "ambassades" dans d’autres pays de l’Union. L’Italie et l’Allemagne avaient été évoquées, mais en définitive ce déploiement continental démarrera par la France.

Un accueil privilégié pour les marques françaises

Nommé en août dernier, Michael Evans, un ancien de Goldman Sachs, n’a par précisé le rôle de ce bureau, ni ce qu’il entend par "ambassade". Mais difficile d’imaginer qu’il s’agisse seulement d’une opération de communication faite de promesses.

Lors de sa rencontre avec le ministre des Affaires étrangères Laurent Fabius, le patron d’Alibaba a évoqué l’idée de mieux mettre en avant le made in France sur sa plateforme. Les produits français ont une énorme cote auprès des Chinois comme le prouve l’opération commerciale organisée lors de la journée des célibataires qui s’est tenue le 11 novembre et qui a battu des records de ventes.

Alibaba devrait également inciter les entreprises françaises à vendre leurs produits sur sa plateforme en leur accordant des réductions sur les coûts d’accès. Nos commerçants vont-ils délaisser les plateformes américaines (Google, Amazon...) pour Alibaba? C’est en tout cas ce que souhaiterait Jack Ma.

https://twitter.com/PascalSamama Pascal Samama Journaliste BFM Éco