BFM Business

Chahuté en Bourse, Facebook voit son salut dans la pub

Le titre Facebook a perdu la moitié de sa valeur depuis l’introduction en Bourse en mai 2012

Le titre Facebook a perdu la moitié de sa valeur depuis l’introduction en Bourse en mai 2012 - -

Le titre Facebook a fini à un plus bas historique jeudi à moins de 20 dollars. Depuis l’IPO en mai, l’action a perdu la moitié de sa valeur. Pour reconquérir les investisseurs, Facebook développe de nouvelles formes de publicité.

L'introduction en Bourse de Facebook, c'était il y a trois mois. L'IPO du siècle a mal tourné: hier, jeudi 16 août, le titre a terminé à un nouveau plus bas, sous les 20 dollars. Il a perdu près de la moitié de sa valeur en trois mois. Facebook subit plus que jamais une grosse pression de la part des investisseurs.

Facebook doit générer du cash coûte que coûte. Avoir près d'un milliard d'utilisateurs, c'est bien, mais maintenant il faut qu'ils rapportent de l'argent. La solution? De la pub, de la pub et encore de la pub. Comme en témoignent les récentes expérimentations du groupe.

Facebook ne parvient toujours pas à monétiser son audience sur le mobile

Facebook est en train de tester de nouvelles réclames qui s'insèrent directement dans le fil d'actualité des utilisateurs, c'est-à-dire au beau milieu des photos de vacances de vos amis et de leurs derniers commentaires sur l'actualité.

Il y a quelques jours, le groupe a aussi annoncé le lancement de publicités au sein de l'application Facebook sur smartphone. Monétiser l'audience mobile, c'est le talon d'Achille de Facebook.

L'objectif de tout cela, évidemment, c'est de générer de nouvelles sources de revenus, mais c'est un jeu dangereux. Le risque, c'est que les publicités deviennent trop intrusives aux yeux des utilisateurs et les poussent à préférer d'autres services, comme Google+. C'est tout l'enjeu pour Facebook: rassurer les investisseurs... sans perdre d'utilisateurs.

Anthony Morel