BFM Business

Cette Barbie connectée doit contrer les assauts de Lego

La mission d'Hello Barbie : défendre la forteresse Mattel contre la concurrence des figurines de Lego.

La mission d'Hello Barbie : défendre la forteresse Mattel contre la concurrence des figurines de Lego. - Candy Welz (DPA/AFP)

Face à la déferlante Lego, Mattel a décidé de réagir. Le groupe américain prépare une version connectée de sa Barbie. Pour séduire les enfants ou les parents geeks ?

À 56 ans, Barbie veut mener une nouvelle vie, plus en accord avec le monde numérique dans lequel vivent les enfants. Mattel a donc décidé de créer une version connectée. Le groupe américain l’a dévoilé il y a quelques jours sur un salon spécialisé qui s’est tenu à New York. Cette iBarbie a été repérée par le site spécialisé Toysmag.

Son nom : Hello Barbie. Sa particularité : elle sera capable de discuter. Pas seulement de répéter bêtement des phrases enregistrées, mais, comme Siri, de répondre aux questions qui lui seront posées grâce à la technologie ToyTalk, qui donne de la voix aux jouets. Pour cela, elle devra être connectée en permanence au web via un réseau WiFi ou Bluetooth.

Hormis ces généralités, Mattel ne donne aucune information sur le prix, ni sur une éventuelle date de lancement. Même le service communication du groupe assure ne disposer d’aucune information sur ce projet. Le secret est bien gardé.

Mattel s'allie à Google pour accomplir sa transformation numérique

En donnant la parole à cette icône créée en 1959, Mattel cherche à réagir à ses mauvais résultats qui viennent de coûter sa place à Bryan Stockton, patron du groupe. Il a d’ailleurs été rapidement remplacé par Christopher Sinclair, un ex de Pepsi.

Depuis quelques années, les ventes de Barbie chutent. Cette mythique poupée qui était la star des anniversaires et des fêtes de fin d’année s’est même fait doubler par la reine des neiges qui est passée en tête des ventes. Mais le pire pour Mattel a été de voir le danois Lego le dépasser pour devenir le leader mondial des ventes de jouets pour l’année 2014.

Depuis, la nouvelle direction de Mattel cherche à se repositionner en entamant une véritable transformation numérique. Le groupe a conclu un accord avec Google pour relancer les visionneuses ViewMaster lancées en 1939. Elles aussi seront connectées grâce à Google sans pour autant devenir des Google Glass. Elles permettront tout de même de voir des images à 360° avec une appli pilotable avec un smartphone sous Android.

Ces efforts vont-ils permettre à la marque de remonter en première place du podium ? Il faudra attendre la fin de l’année pour le savoir. Mais même dans le pays des jouets, les combats sont impitoyables.

Pascal Samama