BFM Business

Cette application qui exploite brillamment les failles du Bon Coin

-

- - -

Créée en 2012, Stootie rencontre un succès fulgurant  avec son application de location de services et achat/vente d'objets géolocalisés. Elle compte déjà 300.000 utilisateurs et va lancer un nouveau service en février pour sécuriser les achats.

"Stootie, c’est Twitter qui rencontre LeBonCoin." Venant de Jean-David Blanc, le créateur d'Allociné et de la pépite Molotov, le compliment a de quoi faire plaisir à Jean-Jacques Arnal, le créateur de cette application qui fait de plus en plus parler d'elle. D'autant que Jean-David Blanc n'est pas le seul à craquer pour Stootie. Xavier Niel aussi a senti le potentiel puisqu'il a fait partie d'un tour de table en 2013 qui a permis à la start-up de lever 420.000 euros. La société en a bouclé un deuxième de 1,2 million en 2015 et s'apprête à accélérer. 

Mais Stootie c'est quoi? Une application qui permet de louer des services ou acheter des produits à proximité. Vous cherchez quelqu'un pour des cours particuliers de maths dans votre quartier? Un coup de main pour un déménagement? Un iPhone 5s d'occasion en bon état? Un casque de moto? La communauté Stootie pourra certainement vous aider. "En moyenne, lorsque vous postez une demande, vous avez une réponse dans les 20 minutes, assure Jean-Jacques Arnal. Nous avons un taux de réponse de 70%, ce qui est énorme pour ce type de services." 

Près de 2 fois plus d'inscrits en 9 mois

Car si ces réseaux de services de quartier sont de plus en plus nombreux (d'Allovoisins ex-iLokYou en passant par Monptivoisinage ou Peuplade), c'est le pionnier Stootie qui se taille la part du lion. "Nous estimons avoir plus d'utilisateurs que l'ensemble de nos concurrents réunis", se félicite Jean-Jacques Arnal. L'application a ainsi presque doublé en 9 mois son nombre d'utilisateurs. Ils étaient 170.000 en avril 2015 contre 300.000 aujourd'hui dont plus de 100.000 qui l'utilisent tous les mois. Soit une croissance de 15% par mois. Chaque mois, ce sont plus de 3.000 transactions qui sont ainsi effectuées via l'application. Souvent des petits services rémunérés 10 euros entre particuliers mais aussi de plus en plus des ventes d'objets. "Elles représentent 20% de notre activité aujourd'hui", assure le créateur de l'application. 

Et si le service n'a pas été créé pour ça, Stootie constitue de plus en plus -notamment pour les Parisiens qui représentent 80% de ses utilisateurs - une alternative au Bon Coin. De par son service de géolocalisation d'abord, qui a longtemps fait défaut au site leader des petites annonces (même si l'application le propose désormais) mais aussi pour son aspect communautaire. "Nous avons une approche très sociale avec des profils utilisateurs, des commentaires sous les petites annonces, des échanges publics et la possibilité de suivre des personnes, précise Jean-Jacques Arnal. Quand le Bon Coin c'est plutôt du gros listing un peu impersonnel." 

Le Bon Coin prend Stootie au sérieux

Un site plus humain en quelque sorte qui s'adapte aux demandes de ses utilisateurs. Stootie a ainsi créé une section vente d'objets en 2013 lorsque certains utilisateurs ont commencé à poster ce type d'annonces. "40% des demandes étaient en fait des demandes d'achat ou de location, nous avons donc créé une section à part", explique Jean-Jacques Arnal. Et après avoir constitué une communauté active, le site - entièrement gratuit et sans pub - va tenter de monétiser cette audience en lançant un nouveau service en février, qui permettra aux utilisateurs qui le souhaitent de choisir l'application comme tiers de confiance pour le paiement. Autrement dit, c'est Stootie qui touchera la somme avant de la reverser à la personne qui aura effectué le service ou livré l'objet vendu. L'application prendra une commission similaire à celle de Blablacar sur les covoiturages, soit entre 10 et 15%. Un service facultatif, précise le site, mais qui pourrait rassurer ses utilisateurs et lui permettre d'encore accélérer. En tout cas, c'est en février que Le Bon Coin va ajouter de nouvelles fonctionnalités à son site très similaires à celles de Stootie. Preuve que la petite appli commence à être prise au sérieux par les géants du secteur.

Frédéric Bianchi