BFM Business

Ces start-up "juristes" qui viennent titiller les avocats

Une vague de start-up spécialisées dans la production de documents juridiques en ligne défie les avocats, avec lesquels elles savent aussi s'associer.

Une vague de start-up spécialisées dans la production de documents juridiques en ligne défie les avocats, avec lesquels elles savent aussi s'associer. - François Lo Presti-AFP

De jeunes sociétés utilisent le numérique pour automatiser la rédaction de contrats et pièces juridiques. Elles peuvent associer des avocats à leur démarche ou les concurrencer.

Une vague de start-up spécialisées en droit s'attaquent aux services juridiques en ligne. Leurs maîtres-mots: l'automatisation et la dématérialisation de tâches souvent à faible valeur ajoutée comme la rédaction d'actes et autres documents ayant valeur légale. Leur cible: les entreprises, surtout les TPE, peu enclines à payer les services d'un avocat et parfois, les particuliers.

Pour les avocats traditionnels, cette révolution numérique, qui menace une part de leur activité, est aussi une révolution culturelle. Ces sites transforment le conseil juridique en une prestation dématérialisée et standardisée, soumise aux règles concurrentielles du marché.

Fondé en 2013, le site internet Legalstart.fr surfe sur la simplification des démarches juridiques nécessaires à la création d'une entreprise comme la rédaction des statuts (SARL, EURL). Il s'appuie sur le fait que nombre d'actes ou de documents juridiques sont standard. Leur personnalisation demande alors une saisie en ligne minimale pour générer des documents simples. Un millier de nouveaux documents sont ainsi générés chaque mois.

Un service en ligne "d'injonction de payer"

Pour des problématiques plus complexes, Legalstart joue le rôle de plate-forme de mise en relation avec des avocats ou des juristes spécialisés. Près de 20.000 TPE / PME se seraient laissées séduire et plus d'un millier de nouveaux documents sont générés chaque mois.

Lancé en février 2015, son service payant en ligne, destiné au recouvrement de factures impayées, aurait séduit plus de 1.000 entreprises. Le taux de réussite de ces procédures (pourcentage de décisions favorables rendues par le juge du Tribunal de Commerce) serait supérieur à 80%.

Pour sa part, le site document-juridique.com, un an après son lancement, revendique 100.000 utilisateurs et propose 120 documents à décliner au cas par cas. Il s'adresse à la fois aux professionnels et aux particuliers (bail de location, testament). Comme ses alter ego venus de l'internet, la plateforme a su exploiter le potentiel de modélisation et de numérisation des documents juridiques. 

Des avocats devenus "partenaires" de certains sites Internet 

C'est sur un créneau comparable que s'est engouffré Captain Contrat qui cible les entreprises. Sa plate-forme Internet permet de générer des documents numériques liés aux différents moments de la vie d'une PME impliquant un acte juridique: création de statut, dépôt de brevets, embauche de salariés. À charge pour les avocats partenaires de la plate-forme de personnaliser le document.

"Nos avocats partagent notre vision: les prix des documents juridiques sont généralement trop élevés pour les petites entreprises", n'hésite pas à vanter le site.

Ce n'est pas encore l'"ubérisation" d'une profession, celle liée aux petites structures d'avocats, mais cela pourrait rapidement y ressembler.

Frédéric Bergé