BFM Business

Ce marché qui résiste encore et toujours à Apple

Pour Tim Cook, il faut avoir des alliés pour réussir. Dans l'entreprise, Microsoft, IBM et Cisco sont les meilleurs.

Pour Tim Cook, il faut avoir des alliés pour réussir. Dans l'entreprise, Microsoft, IBM et Cisco sont les meilleurs. - -

Après son succès dans le grand-public, Apple veut devenir l’une des puissances technologiques dans le monde de l’entreprise qui représente déjà un chiffre d’affaires de 25 milliards de dollars. Pour Tim Cook, ce n'est qu'un début.

Cap sur l’entreprise ! Depuis le lancement de l’iPad Pro, Apple réoriente son discours, ou plutôt il l’équilibre. Lors de la conférence BoxWorks qui s’est tenue à ce mardi à San Francisco, Tim Cook a réaffirmé sa volonté d’être aussi puissant dans les entreprises que dans le grand public.

Pour montrer sa volonté et sa puissance, le patron d’Apple a dérogé à son habitude de ne pas donner de chiffres précis sur l’une des unités hors de période de résultats.

Ainsi, l’activité "entreprise" aurait généré un chiffre d’affaires de 25 milliards entre juin 2014 et juin 2015. Le chiffre semble important, mais il encore très loin du potentiel réalisable. Rappelons que le CA global du groupe atteint 180 milliards de dollars et que le segment "entreprise" représente moins de 15%.

Les ennemis d'hier sont les alliés d'aujourd'hui

Pour affronter cet enjeu, Apple ne compte pas se lancer seul sur le champ de bataille. Il a déjà signé des accords avec IBM et Cisco et, lors de la présentation du nouvel iPad, il a donné une large place aux outils bureautiques de Microsoft. La hache de guerre est enterrée avec les ennemis d’hier pour affronter Google qui avec Android, reste le seul véritable concurrent d’Apple.

L’accord avec Cisco permettra aux iPhone et iPad de mieux fonctionner dans les réseaux d’entreprise, celui avec IBM vise à développer des outils et un écosystèmes pour récolter des données et avec Microsoft, les professionnels pourront continuer à utiliser la suite Office sur des appareils Apple en général et l'iPad Pro.

"Il y a plus de points sur lesquels Apple et Microsoft peuvent être plus des partenaires que des concurrents, je ne suis pas pour garder des rancunes" a-t-il confié au public avant de reconnaître qu’avant de "disparaître un jour, il faut avoir autant d'alliés que possible."

Et ce n’est pas une opinion, c’est du pragmatisme: "Je pense que c'est ce que les entreprises veulent que l'on fasse." Mais surtout, c’est le moyen le plus efficace pour parvenir à ses fins et d'affronter la galaxie Android qui, autour de Google, rassemble les géants asiatiques comme Samsung ou Huawei.

https://twitter.com/PascalSamama Pascal Samama Journaliste BFM Éco