BFM Business

Bruxelles valide le rachat, sous conditions, de Jazztel par Orange

Margrethe Vestager, commissaire européen à la Concurrence, a imposé à Orange de céder des actifs pour maintenir la concurrence dans les télécoms en Espagne.

Margrethe Vestager, commissaire européen à la Concurrence, a imposé à Orange de céder des actifs pour maintenir la concurrence dans les télécoms en Espagne. - Saul Loeb - AFP

Pour maintenir la concurrence en Espagne, Orange doit vendre un réseau de 720.000 prises en fibre optique, et doit aussi donner accès à son réseau fixe ADSL et à son réseau mobile 4G.

Pour se renforcer sur le marché espagnol, Orange a dû concéder beaucoup à Bruxelles. La Commission européenne a autorisé le rachat de l'opérateur espagnol Jazztel par le français Orange, en l'assortissant de conditions pour éviter des entraves à la concurrence en renforçant un futur nouvel acteur.

"Avant d'approuver le rachat de Jazztel par Orange, il était très important de garantir que les consommateurs espagnols ne subiraient pas une hausse des prix sur les marchés d'accès à l'internet fixe", a expliqué la commissaire européenne à la Concurrence, Margrethe Vestager.

Pour éviter que le marché espagnol des télécoms fixes se retrouve entre les mains de trois opérateurs (Orange/Jazztel, Vodafone et Telefonica), Bruxelles a accepté les propositions d'Orange de céder un réseau en fibre optique concernant au moins 700.000 foyers répartis dans cinq grandes villes espagnoles (Madrid, Barcelone, Valence, Séville et Malaga).

Bruxelles veut favoriser un nouvel opérateur espagnol

L'opérateur français devra en outre accorder à l'acquéreur de ce réseau un accès de gros au propre réseau ADSL de Jazztel.

Enfin, Orange s'est également engagé à accorder à l'acquéreur un accès de gros à son réseau mobile, y compris aux services 4G.

Grâce à ces mesures, "un nouvel acteur pourra entrer sur le marché et exercer une concurrence aussi vive que celle qui existe aujourd'hui entre Orange et Jazztel", a souligné Margrethe Vestager.

Deux opérateurs espagnols pourraient être potentiellement intéressés: Yoigo, opérateur mobile qui appartient à TeliaSonera, et Masmovil, opérateur mobile virtuel comptant plusieurs investisseurs à son capital.

F.Bergé avec AFP