BFM Business

Blade, la start-up française qui remplace les PC par des boîtiers, lève 51 millions

Blade a développé un petit boîtier, le "Shadow", qui, à condition de disposer d'une connexion internet très haut débit, permet d'avoir accès aux performances d'un ordinateur haut-de-gamme.

Blade a développé un petit boîtier, le "Shadow", qui, à condition de disposer d'une connexion internet très haut débit, permet d'avoir accès aux performances d'un ordinateur haut-de-gamme. - Blade-Shadow

La start-up française réalise une grosse levée de fonds pour se développer en Allemagne et au Royaume-Uni. Son produit-phare: un PC surpuissant accessible depuis un mini-boîtier de sa conception via un abonnement et Internet.

Le PC qui trône sur le bureau c'est fini, voici l'ordinateur qu'on loue dans le cloud sur Internet. Cette idée révolutionnaire est défendue par la start-up française Blade. "Le PC disparaît pour devenir un service. C’est le sens de l’Histoire" déclare Emmanuel Freund, co-fondateur et président de cette start-up qui a vu le jour en 2015.

La jeune pousse accélère le financement nécessaire au développement commercial de son offre ciblant les joueurs avides de puissance informatique. Ceux-ci accèdent à distance à un ordinateur virtuel surpuissant hébergé dans le cloud, à partir d'un petit boîtier connecté baptisé Shadow qu'elle a développé et qui ressemble à un mini-décodeur. L'accès à ce service suppose le paiement d'un forfait et de disposer d'une connexion internet très haut débit.

Troisième levée de fonds en 18 mois pour la start-up

Après une première levée de fonds de 3 millions d'euros puis un second tour de table de 10 millions, tous les deux en 2016, elle est parvenue à décrocher le gros lot auprès d'entrepreneurs-investisseurs: 51 millions d’euros.

On trouve dans ce tour de table, Pierre Kosciusko-Morizet, fondateur de PriceMinister, Michaël Benabou, cofondateur de Vente-Privée.com et Nopporn Suppipat, fondateur de Wind Energy Holding. Premier investisseur de Blade, ce dernier devient également membre du comité stratégique. Déjà présents au premier tour de table, ces investisseurs de premier plan renouvellent leur confiance à la start-up.

Depuis le début de l’année, Blade revendique 5000 unités déjà vendues sur la base d'un modèle par abonnement inspiré des services télécoms ou internet: un PC pour gamer d’une valeur d’environ 1500 euros mis à disposition pour un forfait qui débute à 29,95 euros par mois. La start-up emploie 50 salariés.

Frédéric Bergé
https://twitter.com/BergeFrederic Frédéric Bergé Journaliste BFM Éco