BFM Business

Bitcoin: la gendarmerie démantèle un réseau illégal

Le site d'échanges de bitcoin n'était pas déclaré auprès de l'organe de supervision de la banque.

Le site d'échanges de bitcoin n'était pas déclaré auprès de l'organe de supervision de la banque. - -

Les gendarmes ont annoncé, ce lundi 7 juillet, avoir saisi pour "près de 200.000 euros" de bitcoin, dans le Sud de la France. C'est la première fois que les autorités françaises sévissent contre des utilisateurs de la crypto-monnaie.

Pour la première fois, les autorités françaises ont démantelé un réseau de trafic de bitcoin. Deux personnes ont été mises en examen dans le Sud de la France, et des portefeuilles contenant pour "200.000 euros" de bitcoins ont été saisis.

"Il s'agit là du premier démantèlement au niveau européen d'une telle plate-forme illicite d'échange de bitcoins", assure la gendarmerie dans un communiqué, ce lundi 7 juillet.

La Justice française n'encadre pas encore très clairement l'usage de la crypto-monnaie, même si l'Autorité des marchés financiers française et l'Autorité bancaire européenne ont toutes deux déconseillées l'usage du bitcoin, le 4 juillet.

Deux mises en examen pour "exercice illégal de la profession de banquier

Dans ce cas précis, le site utilisé pour les échanges "ne bénéficiait d'aucun agrément de l'Autorité de Contrôle Prudentiel et de Résolution (ACPR), organe de supervision français de la banque et de l'assurance", explique la gendarmerie dans son communiqué.

Le site d'échange prévoyait également de lancer un service de pari en ligne. L'animateur du site, un Tunisien de 27 ans déjà condamné pour escroquerie en bande organisée, est poursuivi pour "travail dissimulé, exercice illégal de la profession de banquier, blanchiment à titre habituel et offre illégale de jeux en ligne".

Son complice présumé, un Français de 36 ans présenté comme le "fournisseur" des bitcoins, est mis en examen pour "travail dissimulé et exercice illégal de la profession de banquier". La compagne de l'animateur du site, également interpellée, a été remise en liberté à l'issue de sa garde à vue.

388 bitcoins saisis

388 pièces virtuelles ont été saisies, pour une valeur de "près de 200.000 euros" selon la gendarmerie, ou 180.000 euros au taux d'achat au moment de la rédaction de cet article. Les gendarmes ont également saisi "près de 9.000 euros en numéraire, ainsi que de multiples cartes bancaires et matériels informatiques qui restent à exploiter".

Reste à savoir ce que l'Etat va faire de ses bitcoins. Le mois dernier, le gouvernement américain a vendu 30.000 bitcoins à un investisseur de la Silicon Valley, Tim Draper.

J.S avec AFP