BFM Business

Bernard Charlès: "le cloud est une formidable révolution"

Bernard Charlès était l'invité de BFM Business, ce vendredi 25 octobre.

Bernard Charlès était l'invité de BFM Business, ce vendredi 25 octobre. - -

Le directeur général de Dassault Systèmes était l'invité de BFM Business, ce 25 octobre. Il a notamment fait part des perspectives ambitieuses de son groupe.

Les avertissements sur résultats se sont multipliés ces dernières semaines. Ce vendredi 25 octobre, Schneider Electric et Vinci ont encore prévenu que leurs résultats allaient être inférieurs.

Dassault Systèmes avait été la première entreprise à ouvrir le bal en prévenant que son chiffre d'affaires serait moins élevé que prévu. "En ce qui nous concerne, il s'agit d'une collection de facteurs: taux de changes, l'Asie, l'Inde, la Chine, des pays dans lesquels, en raison du ralentissement économique, il s'est créé une inquiétude de la part des dirigeants qui ont décidé de décaler leurs décisions", a expliqué Bernard Charlès, le directeur général du groupe, invité de BFM Business ce vendredi 25 octobre.

Un coup de mou qui n'inquiète pas outre-mesure le dirigeant d'entreprise qui estime "qu'il est momentané" et que "la dynamique va reprendre dans ces pays".

La révolution du cloud

Bernard Charlès s'est ensuite réjoui des perspectives que le cloud computing amène, phénomène qu'il qualifie " de formidable révolution" à l'échelle de son entreprise.

"Des applications sophistiquées comme les nôtres seront disponibles en ligne à partir de janvier 2014. En quelques minutes vous avez accès à ces applications de n'importe quelle partie du monde et vous pouvez faire ce que font les grands industriels en installant des logiciels sophistiqués dans leur intranet", a-t-il détaillé.

Un virage qui doit permettre au groupe de surfer sur une bonne dynamique: "nous avons doublé notre chiffre d'affaires et notre bénéfices en cinq. Nous allons faire la même chose sur les cinq prochaines années."

Un milliard d'euros investi en 18 mois

Le groupe devra-t-il modifier son actionnariat pour se donner les moyens de financer cette croissance? Bernard Charlès répond par la négative. "Les actionnaires historiques de Dassault Systèmes sont des actionnaires heureux", a-t-il indiqué.

Le directeur général de Dassault Systèmes a assuré que l'entreprise bénéficie de la trésorerie nécessaire, ajoutant que "tous les 12 à 18 mois, nous pouvons investir entre 500 millions et un milliard d'euros". "Sur les 18 derniers mois, j'ai fait 1 milliard d'acquisitions. Celles-ci ne donnent pas un chiffre d'affaires immédiat mais permettent de construire un plan produit et technologique pour les cinq années à venir", a-t-il expliqué.

Il poursuit: "et Dassault Systèmes, je pense, dans les trois-quatre prochaines années, investira au moins 3-4 milliards d'euros en acquisitions de technologie".

J.M.