BFM Business

Bac: cette start-up estimera la note d'un candidat à la sortie de l'épreuve

-

- - Reuters

"JeVeuxMaNote.com va faire plancher des professeurs sur les brouillons des candidats qui souhaiteront avoir une estimation de leur note moyennant 5 euros. Et la société éditrice s'engage à rembourser cette somme si l'écart est trop grand."

"Ca a marché ton épreuve?" Voilà la question que vont beaucoup entendre les 700.000 et quelques candidats de l'édition 2016 du baccalauréat qui débute dans les prochaines semaines. Une question à laquelle beaucoup auront bien du mal à répondre, notamment pour des matières comme la philo.

Pour rassurer les anxieux (ou au contraire les démoraliser...), la société digiSchool s'apprête à lancer le site JeVeuxMaNote.com. Le principe: des professeurs vont étudier les brouillons des candidats qui le souhaitent afin de faire une estimation de la note finale. 

Remboursé si l'écart est trop grand

Le lycéen n'a qu'à prendre son brouillon en photo et l'envoyer au site. Ce dernier transmet à un professeur qui donne son estimation et l'envoie au candidat sous 24 heures. La société digiSchool assure travailler avec 112 professeurs habitués à corriger et évaluer les copies du type baccalauréat. "Tous assimilent parfaitement les barèmes et grilles de notation pour l'année 2016 et en fonction des brouillons envoyés par les jeunes, les professeurs délivrent un indice de fiabilité compris entre 1 et 5", explique le site dans un communiqué. L'indice 1 faisant état d'un brouillon pas assez développé ou trop pauvre en élément pour que le professeur puisse être confiant dans sa notation.

Un service malin mais payant. Chaque estimation de brouillon sera facturée 5 euros. Mais il y a une obligation de résultat: le site s'engage à rembourser les candidats qui auront une différence de plus de 2 points entre l'estimation et la note finale. 

La start-up digiSchool à l'origine du service s'est imposé en quelques années dans le paysage de l'éducation en ligne. Créée en 2006, la société est présente à travers 14 sites et une dizaine d'applications gratuits pour permettre aux collégiens, lycéens et même étudiants de réviser leurs épreuves. La société, qui a réalisé 5 millions d'euros de chiffre d'affaires en France en 2015, a levé 14 millions d'euros en février dernier afin de se développer en Europe.

Frédéric Bianchi