BFM Business

Avec MyRoomin, ne réservez plus un hôtel, mais la chambre idéale

Cette startup s’est inspirée d’Airbnb en proposant aux touristes qui cherchent un hôtel dans Paris de choisir la chambre de leur rêve, dans le quartier qu’il aime et avec le service souhaité.

Cette startup s’est inspirée d’Airbnb en proposant aux touristes qui cherchent un hôtel dans Paris de choisir la chambre de leur rêve, dans le quartier qu’il aime et avec le service souhaité. - MyRoomin

"Cette start-up proposant aux touristes qui cherchent un hôtel dans Paris de choisir la chambre de leur rêve, dans le quartier qu’il aime. D’ici la fin de l’année, ce service créé il y a un an s'ouvrira sur la Côte d’Azur et à Londres."

Vous est-il déjà arrivé de réserver dans un bel hôtel et de découvrir que la chambre que l’on vous propose n’est pas celle que vous auriez choisie? C’est pour vous éviter d’avoir à en réclamer une autre et, si ce n’est pas possible de vous gâcher un séjour, que MyRoomin a été créé en 2015.

"Jusqu’à présent, dans l’hôtellerie, on peut tout choisir, sauf sa chambre alors que les services collaboratifs, comme Airbnb, mettent l’accent sur la chambre, pas sur l’immeuble où elle se trouve. C’est ce qui nous a donné l’envie de créer ce service", explique Marie le Roy, cofondatrice de MyRoomin.

Le site ne propose donc pas de réserver dans un hôtel, mais dans un décor. Après avoir choisi les dates du séjour, le quartier où l’on veut aller, le style que l’on aime et les services que l’on souhaite, MyRoomin propose un choix de chambres toutes aussi étonnantes les unes que les autres. Car ce service dévoile des décors insoupçonnables pour des tarifs allant de 49 à 2.000 euros. Et il y en a pour tous les goûts et dans tous les thèmes : romantique, Bobo, Parisien, vintage et même "indus".

Dans la suite "Organic", cette salle de bain suffit à attirer les touristes.
Dans la suite "Organic", cette salle de bain suffit à attirer les touristes. © MyRoomin

En fait, Booking est un hypermarché du tourisme, alors que MyRoomin à l’ambition de devenir l’épicerie fine de l’hôtellerie, mais avec des tarifs accessibles à tous. On trouve une bonne centaine de chambres à moins de 150 euros à Montmartre, la Bastille, au Quartier Latin ou à Montparnasse. Et à plus de 1.000 euros, ce sont des suites dans le Marais, sur les champs Élysée ou avec une vue sur la tour Eiffel.

Pour les hôteliers partenaires, c’est un moyen de montrer la qualité des prestations sans se soucier de rien. "Nous nous chargeons de tout, explique Marie le Roy. Pour chaque chambre, nous envoyons une équipe composée de photographes et de rédacteurs qui créent le contenu mis en ligne." Quant au coût, elle n’entre pas dans les détails, mais assure être en dessous des commissions de Booking.

MyRoomin propose ce duplex, une perle rare difficile à repérer dans la Capitale.
MyRoomin propose ce duplex, une perle rare difficile à repérer dans la Capitale. © Alexandre Moulard-MyRoomIn

Pour le moment, MyRoomin n’offre ses prestations que sur Paris où elle recense déjà 500 chambres. Mais, avant l’été, il s’ouvrira à la Côte d’Azur avant de tenter une aventure internationale qui démarrera à Londres.

Pour ce lancement européen, la start-up prépare une seconde levée pour la fin de l’été. La première, de 800.000 euros a eu lieu en 2015 avec le groupe Impala de Jacques Veyrat.

https://twitter.com/PascalSamama Pascal Samama Journaliste BFM Éco