BFM Business

Avec cette intelligence artificielle, vous allez enfin comprendre les CGU

Ces chercheurs ils ont créé Polisis (privacy policy analysis), une intelligence artificielle capable de synthétiser les CGU de manière à les rendre digestes au commun des mortels

Ces chercheurs ils ont créé Polisis (privacy policy analysis), une intelligence artificielle capable de synthétiser les CGU de manière à les rendre digestes au commun des mortels - MANJUNATH KIRAN / AFP

Des chercheurs suisses et américains ont créé une intelligence artificielle capable de rendre intelligibles les obscures conditions générales d'utilisation (CGU) qu'il faut accepter pour accéder à un service numérique. De quoi éviter certains pièges.

Qui a déjà tenté de lire les conditions générales d’utilisation (CGU) qu’il faut accepter pour accéder à un service en ligne? Hormis quelques experts ou une poignée d’utilisateurs procéduriers, personne ne prend le temps de lire les dizaines de pages truffées de jargon technique et juridique. Et pourtant, en les acceptant sans savoir ce qu’elles contiennent, chacun perd peu à peu la maîtrise de sa vie numérique.

Des chercheurs de plusieurs universités américaines (Michigan et Wisconsin) se sont associés à des experts de l’école polytechnique de Lausanne (EPFL) pour voler au secours des utilisateurs. Ils ont créé Polisis (privacy policy analysis), une intelligence artificielle capable de synthétiser les CGU de manière à les rendre accessibles au commun des mortels.

Protéger la vie privée des enfants

"Notre objectif est de montrer sous forme de graphiques simples, avec des représentations en couleur, comment vos données seront utilisées: certains sites partageront ainsi votre localisation à des fins de marketing, ou ne protégeront pas correctement la vie privée des enfants, et ces informations sont souvent bien cachées dans les déclarations de confidentialité", explique Hamza Harkous, l’un des trois chercheurs qui a participé à ces travaux.

-
- © Polisis

Comme l’explique le site Agefi, Polisis est une extension aux navigateurs qui analyse les CGU qui en organise visuellement les principaux éléments (profil de l’utilisateur et du matériel utilisé, géolocalisation, partage des données, propriété des contenus…) afin de connaitre ce que fait un service, un logiciel, une application mobile ou un objet connecté. Elle n'est compatible pour l’instant qu'avec les navigateurs Firefox de Mozilla et Google Chrome.

Mais cette IA va plus loin. Elle met à la disposition de ceux qui n'ont pas tout compris un assistant baptisé Pribot. Ce dernier peut répondre à des questions précises. Les chercheurs projettent aussi de créer des alertes pour prévenir les utilisateurs des modifications apportées par les éditeurs.

Ce que les internautes risquent de découvrir

Avec Polisis, les internautes découvriront des choses qui les étonneront peut-être. Par exemple, que sur la plupart des réseaux sociaux, ils sont juridiquement responsables des contenus qu’ils publient, mais qu’ils n’en sont plus propriétaires. Instagram indique dans ses CGU que son "service est composé d’un contenu qui est la propriété ou qui est sous licence d’Instagram. Ainsi que cela a été convenu entre vous et Instagram […]". Ils sauront aussi qu’en cas de litige, ce ne sont pas toujours les tribunaux de leur pays qui trancheront. Selon les services, l’affaire sera traitée par un juge britannique ou californien.

Depuis des années, la commission européenne s’est attaquée aux CGU que font signer aux internautes des groupes américains comme Google, Facebook, Apple ou Twitter. Polisis n’a pas de valeur légal, mais pourrait inciter les plateformes, si ce n'est à changer leurs règles, mais peut-être à les rendre plus digestes.

https://twitter.com/PascalSamama Pascal Samama Journaliste BFM Éco