BFM Business

Arthur et les Benetton touchent le jackpot en revendant Coyote

L'animateur avait transféré au Luxembourg ses actions Coyote en 2012

L'animateur avait transféré au Luxembourg ses actions Coyote en 2012 - Ammar Abd Rabbo AFP

L'animateur télé et la famille italienne, qui avaient investi il y a cinq ans dans le spécialiste des avertisseurs de radars, revendent la société à ses dirigeants, triplant au passage leur mise de départ.

Coyote a enfin choisi son destin. Le spécialiste des avertisseurs de radars renonce à s'introduire en bourse, comme cela avait été envisagé. Il renonce aussi à se faire racheter -un mandat en ce sens avait été confié à Lazard. 

Finalement, il a préféré être repris par ses deux dirigeants-fondateurs: Fabien Pierlot et Jean-Marc Van Laetehm, qui détenaient déjà 40% du capital. Pour cela, le duo a levé de l'argent auprès de deux fonds: l'américain Farallon et le français HLD créé par Jean-Bernard Lafonta.

L'opération valorise Coyote à près de 120 millions d'euros, soit trois fois plus qu'il y a cinq ans. Une culbute justifiée par le fort développement de la société (cf. ci-dessous). En particulier, Coyote a réussi, grâce à un lobbying efficace, à faire reculer le gouvernement Fillon qui avait songé en 2011 à interdire les avertisseurs de radars.

Sortie d'Arthur et des Benetton

A cette occasion, sortent les deux actionnaires entrés au capital il y a cinq ans: l'animateur Arthur (qui détenait 10%), et 21 Centrale Partners (le fonds de la famille Benetton, 50%).

Arthur récolte donc dans cette opération près de 12 millions d'euros, alors qu'il n'avait investit que 4 millions d'euros dans l'affaire. Un placement sur lequel il n'avait jamais communiqué, mais dans lequel il s'était beaucoup investi. Ainsi, lors des réunions du conseil de surveillance auxquelles il participait, il n'hésitait pas à donner son avis sur la stratégie, par exemple sur la gestion des stocks ou le développement sur iPhone... Soutien affiché de Nicolas Sarkozy lors de la présidentielle de 2007, il aurait aussi aidé Coyote lors de la bataille en 2011 sur les avertisseurs de radars.

Transfert vers le Luxembourg

Mieux: l'animateur va payer un impôt très réduit sur cette jolie plus-value. En effet, en 2012, il avait transféré ses actions Coyote de sa holding française AWF vers sa holding luxembourgeoise AW Equity (cf. document ci-dessous). Or, dans le Grand Duché, les plus-values sont bien moins taxées. "Au Luxembourg, une telle plus-value n'est pas imposée du tout, alors qu'elle aurait été taxée à 4% en France", indique Hervé Israël, avocat associé chez DLA Piper France.

Ironie de l'histoire, ce transfert a été effectué entre les deux tours de la présidentielle de 2012: en effet, le registre du commerce luxembourgeois indique que AW Equity a été créé le 27 avril 2012... Peut-être l'animateur avait-il peur que l'élection de François Hollande se traduise par un durcissement de la fiscalité?

Quillot libre pour France Télévisions

Par ailleurs, le rachat de Coyote se traduit aussi par un changement de management. En effet, Fabien Pierlot va reprendre la présidence, occupée depuis 2012 par Didier Quillot, qui s'en va donc mission accomplie, et a donc le champ libre pour d'autres opportunités, comme la présidence de France Télévisions... 

Mise à jour: lundi 9 février, Coyote a confirmé dans un communiqué le départ de Didier Quillot, ainsi que le rachat 80% du capital par les fondateurs, les 20% restant étant acquis par HLD.

De son côté, 21 Centrale Partners indique "avoir contribué à la structuration et au développement de Coyote ces 5 dernières années. Coyote est aujourd’hui un leader incontesté, idéalement positionné pour continuer sa croissance en France et à l’international".

Contactés, ni l'attachée de presse d'Arthur Françoise Doux, ni les avocats d'Arthur Olivier Pardo et Axelle Schmitz n'ont répondu.

Les résultats de Coyote Systems (en millions d'euros)

Chiffre d'affaires
2010: 56,2 2011: 79,8 2012: 80,9 2013: 92,4 2014: environ 100

Excédent brut d'exploitation
2010: +11,1 2011: +19 2012: +22,4 2013: +25,9 2014: environ +30

Résultat net 
2010: +2,9 2011: +5 2012: +7,2 2013: +8,2

Source: comptes consolidés de FSS, les Echos pour 2014

Jamal Henni