BFM Business

Après Sony et Universal, Warner signe un accord avec Facebook

Warner Music détient notamment la musique de Prince dans son catalogue.

Warner Music détient notamment la musique de Prince dans son catalogue. - Bertrand Guay - AFP

La maison de disque de Prince et Johnny Hallyday a emboîté le pas à Sony et Universal en signant un accord avec Facebook pour permettre à ses utilisateurs de publier de la musique sur Messenger et Instagram.

Facebook a annoncé vendredi avoir passé un accord de licence avec Warner Music, la dernière des trois grandes maisons de disques à signer avec le réseau social pour promouvoir une musique plus personnalisée à ses utilisateurs.

Les deux milliards d'utilisateur de Facebook auront maintenant accès au catalogue de Warner, qui comprend notamment les oeuvres d'artistes comme Prince, Ed Sheeran, Coldplay ou Johnny Hallyday pour agrémenter leurs publications.

"Notre partenariat avec Facebook va aider à développer l'univers du streaming musical et créera des revenus supplémentaires pour les artistes", a déclaré Ole Obermann, responsable numérique de Warner.

Le potentiel commercial des clips créés par les fans

"Les clips créés par les fans sont une des manières les plus personnelles, sociales et virales de profiter de la musique, et on ne puise pas assez dans leur potentiel commercial", a-t-il ajouté dans un communiqué.

Warner a mis en avant sa volonté de parapher "le meilleur accord possible" avec Facebook pour expliquer avoir été devancé par ses rivaux Universal et Sony qui ont signé avec l'entreprise de Mark Zuckerberg au cours des derniers mois.

Facebook a déjà expliqué vouloir proposer à ses utilisateurs une expérience personnalisée pour leur permettre de publier de la musique sur Messenger ou Instagram, filiale du groupe.

Ces accords passés par Facebook avec les maisons de disque sont un moyen pour le réseau social de rattraper son retard accumulé dans le secteur du streaming, en pleine expansion, surtout en comparaison avec d'autres géants du web comme Apple ou Google.

N.G. avec AFP