BFM Business

Alibaba envisage d’investir en France

Laurent Fabius et Jack Mal lors de leur précédente rencontre en mai dernier.

Laurent Fabius et Jack Mal lors de leur précédente rencontre en mai dernier. - Mark Ralston - AFP

Le ministre des Affaires étrangères Laurent Fabius a indiqué, samedi 18 octobre, que le patron d’Alibaba, Jack Ma, est intéressé par un investissement dans un hub en France. La réalisation de ce projet dépendra du développement du géant du e-commerce à l’international.

Alibaba va-t-il investir en France? Laurent Fabius tente en tout cas de faire le nécessaire pour que cette possibilité devienne réalité.

Le ministre des Affaires étrangères a ainsi tenté, samedi 18 octobre, de convaincre Jack Ma, le patron du géant chinois du e-commerce, de choisir la France pour y créer un site logistique chargé de livrer les produits européens vers les consommateurs chinois.

"Il (Jack Ma) est intéressé par un investissement dans un hub possible en France. Il y a un certain nombre de sites qui lui ont été proposés, il n'a pas encore choisi", a déclaré Laurent Fabius, au premier de ses deux jours de visite en Chine.

Une entrée en bourse record

La réalisation de ce projet reste dépendante des progrès d'Alibaba en Europe, la société ayant pour l'instant surtout bâti son empire sur l'immense marché chinois.

En intégrant Wall Street mi-septembre, Alibaba a levé un montant record de 25 milliards de dollars, faisant de son fondateur Jack Ma la première fortune de Chine et offrant au groupe les moyens de poursuivre ses acquisitions et de se développer à l'international.

Laurent Fabius a eu un long échange avec Jack Ma, portant aussi sur la promotion des entreprises françaises sur les différents sites d'Alibaba.

Les célibataires ciblés

Alors que la France est synonyme de romantisme dans l'esprit des Chinois, il s'agit notamment de mettre en avant les produits français à l'occasion de la journée des célibataires, événement qui tombe le 11 novembre et a été l'occasion de battre des records de vente en ligne ces dernières années.

Les autorités françaises souhaitaient également assurer le suivi d'un accord, signé lors d'une précédente rencontre entre Laurent Fabius et Ma, le 16 mai dernier, réduisant le coût d'accès aux plateformes d'Alibaba pour les PME françaises.

"Ce protocole d'entente est une excellente opportunité pour que davantage de consommateurs chinois découvrent de nouvelles marques françaises, à travers un système de distribution moderne", avait alors déclaré en mai dernier Laurent Fabius à la suite de la signature de ce protocole.

J.M. avec AFP