BFM Business

Alcatel met ses brevets en gage contre des financements

Le Néerlandais Ben Verwaayen est, depuis 2008, directeur général et administrateur d’Alcatel-Lucent.

Le Néerlandais Ben Verwaayen est, depuis 2008, directeur général et administrateur d’Alcatel-Lucent. - -

L’équipementier télécom a obtenu une ligne de crédit d’1,6 milliard d’euros en mettant en gage son impressionnant portefeuille de brevets.

Alcatel Lucent est en forte hausse vendredi 14 décembre au matin à la bourse de Paris. Les investisseurs sont rassurés après que le groupe a annoncé avoir obtenu 1,6 milliard d'euros de crédit auprès de plusieurs banques. Des prêts garantis notamment par le portefeuille de brevets du groupe.

C'est le joyau de sa couronne qu'Alcatel Lucent met en jeu. L'une de ses grandes fiertés aussi : un portefeuille de 27 900 brevets qui remontent à la préhistoire des télécoms pour aller jusqu'aux technologies de reconnaissance vocale et de vidéo conférence.

Alcatel, inventeur du transistor

C’est le fruit du travail des Bell labs, les laboratoires de recherche du groupe, dont l'une des inventions les plus connues est le transistor, ce composant électronique essentiel qu'on retrouve aujourd'hui dans tous les lecteurs mp3, téléphones portables ou cartes bleues.

Ce portefeuille de propriété intellectuelle est un atout très important en ces temps troublés. En février déjà, le groupe avait annoncé sa volonté de gagner de l'argent grâce à ses brevets à travers des accords de licence. Une décision qui devait lui permettre de gagner plusieurs centaines de millions d'euros cette année.

Cette fois, Alcatel va plus loin. Il met en gage ses brevets auprès des banques pour obtenir du cash nécessaire. Les prêts accordés par Goldman Sachs et Crédit Suisse vont aider le groupe à mettre en place son plan de réductions de couts d'1,25 milliard d'euros d'ici l'an prochain.

Anthony Morel