BFM Business

2/3 des Français ont peur de l'intelligence des machines

-

- - TriStar Pictures

Une étude réalisée par l'Ifop révèle qu'une grande majorité des Français appréhendent la montée en puissance de l'intelligence artificielle liée au Big Data. Une crainte paradoxale et un peu irrationnelle.

L'intelligence artificielle est-elle un danger pour l'humanité? De grands noms du monde scientifique ou de la high-tech semblent craindre en tout cas l'émergence d'une intelligence autonome des machines. Comme Elon Musk, le fondateur de Tesla, qui incitait en 2014 des étudiants à la prudence. "L'intelligence artificielle est plus dangereuse que le nucléaire", affirmait-il ainsi lors d'un symposium. Une crainte partagée par Bill Gates ou encore Stephen Hawking. Le grand physicien britannique affirmait même il y a un an à la BBC que "le développement d’une pleine intelligence artificielle pourrait signifier la fin de la race humaine." Rien que ça.

Et les messages de ces personnalités semblent porter auprès de la population française. Selon une étude réalisée par l'Ifop pour l'Observatoire B2V des Mémoires, près des 2/3 de nos concitoyens (65%) seraient inquiets de la montée en puissance des machines autonomes. Les romans et films d'anticipation comme Terminator qui dépeignent un monde dominé par les machines intelligentes n'y sont sans doute pas pour rien.

L'intelligence c'est bien, à condition de garder le contrôle

Pourtant, et c'est paradoxal, les Français sont plutôt confiants quant à l'essor du Big Data qui serait à l'origine du développement de l'intelligence artificielle (I.A.) des machines. Ainsi, 69% d'entre eux pensent cette I.A. va croître avec le développement exponentiel de la production de données (Big Data). Et surtout que ce Big Data présente des avantages à court terme pour la santé et le bien-être (meilleure prévention des maladies, découvertes scientifiques...). 67% des Français sont plutôt enthousiastes quant aux promesses du Big Data. 

"Pour les personnes sondées, le Big Data présente des avantages: il est considéré comme un facteur de progrès, notamment pour la recherche scientifique, la prévention et le traitement des maladies, analyse Francis Eustache, neuropsychologue et président du Conseil scientifique de l'Observatoire B2V des Mémoires. En même temps, l'intelligence artificielle inquiète, en particulier avec l'autonomie croissante des machines." En d'autres termes, l'intelligence des machines c'est bien, mais à condition de ne pas les laisser agir seules, de garder le contrôle.

Des peurs un peu irrationnelles

Car derrière cette crainte de l'intelligence artificielle, il y a en fait deux peurs bien distinctes. Celle de machines trop intelligentes dotées d'une conscience, qui décideraient de se passer de l'humanité. Scénario très peu crédible à en croire de nombreux scientifiques comme le chercheur Jean-Gabriel Ganascia, spécialiste de ces questions. Une autre peur, plus crédible celle-là, est liée à l'autonomie croissante de machines (automobiles, drones, logiciels de trading...) trop peu fiables. Mais là aussi, les craintes sont sans doute exagérées tant les pouvoirs publics encadrent de plus en plus ce type de technologies.

Frédéric Bianchi