BFM Business

Qui veut voler dans le Boeing 787 d'Air France avant tout le monde?

Après le succès du vol d'adieu du Boeing 747 début 2016, Air France renouvelle l'expérience avec le 787. Pour tester en avant-première ce nouvel arrivant dans sa flotte, on pourra s'offrir des boucles dans le ciel de France. Prix des billets: entre 249 euros et 787 euros!

Air France veut reprendre de la hauteur. Après l'épisode de la chemise arrachée, désastreux en terme d'image, la compagnie aérienne entend faire rêver à nouveau ses clients. Et pour y parvenir, elle veut remettre l'avion au coeur de sa communication. Elle a donc fêté en grandes pompes l'arrivée du nouveau Boeing 787, le bien nommé Dreamliner, dans sa flotte cette semaine. 

Conférence de presse de Franck Terner, le nouveau directeur général d’Air France, baptême au jet d'eau, comme le veut la tradition mais surtout lancement de vols inauguraux destinés aux fans d'aviation qui souhaitent essayer avant tout le monde le premier 787 à intégrer sa flotte long courrier. Et c'est une première pour l'arrivée d'un appareil. La compagnie met en vente des billets pour faire une boucle dans le ciel français. Quatre vols sont prévus les 7 et 8 janvier prochains au départ de l'aéroport Charles-de-Gaulle. Le premier en direction de la Corse, le deuxième qui survolera le sud-ouest, le troisième qui prendra la direction de la Bretagne et le dernier qui fera un tour de France complet. Au total, le circuit dure 2h30 et promet le survol de quelques splendeurs du patrimoine naturel français.

Mais pour s'offrir l'une de ces boucles, les clients intéressés devront casser leur tirelire. Les vols sont facturés 250 euros en classe éco et 787 euros (clin d'oeil) pour jouir du confort de la business. Tous les passagers auront droit à une coupe de champagne, une "restauration festive", un vol commenté par des experts de l'aéronautique ainsi qu'un certificat de vol signé par le commandant de bord.

Mais à ce prix-là, les clients seront-ils au rendez-vous? Air France en est persuadée. La compagnie assure qu'un vol est déjà complet et est persuadé que tous les sièges disponibles trouveront preneurs d'ici le 7 janvier. Air France a pu mesurer l'appétit des clients pour ce type de vol en janvier dernier. La compagnie a alors dit adieu aux Boeing 747 à l'occasion de deux vols de prestige effectués, là encore, dans le ciel français. Les 600 billets, vendus 220 euros, avaient à l'époque été vendus en une heure à peine. Air France assure que plus de 30.000 personnes avaient souhaité être de la partie. Pour satisfaire tout le monde les 74 Boeing 747 qu'Air France a exploité dans son histoire n'y aurait pas suffi, rappelle le site Tour Hebdo.

Mais avec le 747, c'était une page de l'aéronautique qui se tournait, la compagnie jouait sur la fibre nostalgique. Avec le 787, c'est tout le contraire. Air France veut montrer à ses clients le futur du vol de ligne. Un avion moins gourmand en kérosène, équipé d'une connexion Wi-Fi, de hublots 30% plus grands, dotés d'un système électronique d’assombrissement et de sièges, en classe "economy premium", que personne n'a encore pu tester (voir image ci-dessous). La compagnie assure qu'ils seront encore plus confortables que la dernière génération installés dans ses 777. Leur inclinaison maximale atteindra 130 degrés, soit presqu'autant que les sièges de classe affaires dont étaient équipés ses avions long-courrier avant 2003. 

-
- © Air France

Au total, Air France a commandé une dizaine de 787 qui devraient d'ici 2019 remplacer les vieillissants Airbus A340. Et si la compagnie fête ainsi l'arrivée du Dreamliner dans sa flotte, elle a pourtant failli en annuler la commande il y a un an à peine.

Au total, Air France a commandé une dizaine de 787 qui devraient d'ici 2019 remplacer les vieillissants Airbus A340. Et si la compagnie fête ainsi l'arrivée du Dreamliner dans sa flotte, elle a pourtant failli en annuler la commande il y a un an à peine en pleine crise. Air France a renégocié à la baisse son contrat avec Boeing (10 contre 14 initialement prévus en 2011) mais compte tout de même sur le dernier-né des Boeing pour donner un coup de jeune à sa flotte. D’autant que KLM a, de son côté, déjà réceptionné huit Dreamliners et va aider Air France à former un millier de personnels navigants d’ici les premiers vols commerciaux dont le premier est programmé pour le 9 janvier entre Paris et Le Caire.

Frédéric Bianchi