BFM Business

Les frais bancaires repartent légèrement à la hausse

Les frais bancaires augmenteront de 0,2% en 2020

Les frais bancaires augmenteront de 0,2% en 2020 - RMC-BFMTV

Selon le comparateur Panorabanques, les banques françaises vont profiter de la fin du gel des frai qu'ils peuvent exiger de leurs clients en le augmentant en moyenne de 0,2% en 2020. Mais cette moyenne cache de fortes disparités.

Invitées par le gouvernement à geler leurs tarifs en 2019, les banques ont de nouveau les mains libres. Pour autant, leurs frais ne flamberont pas en 2020. Selon le comparateur Panorabanques dévoilé ce mardi par Le Parisien et Capital, ils atteindront en moyenne 215,50 euros, soit une très légère hausse de 0,2% (+ 40 centimes).

"Après la baisse de 2019, due principalement au gel des tarifs bancaires, on s'attendait à une augmentation, mais faible car la concurrence entre les banques est toujours très forte et que les banques dans un contexte social/politique où leurs augmentations sont très regardées", explique Laure Prenat, directrice générale de Panorabanques.

Disparités

Cette quasi-stagnation cache néanmoins n’importantes disparités. Car si les frais de gestion de cartes bancaires (+0,2% à 61,6 euros en moyenne), de tenue de compte (+0,25% à 17,40 euros) et de dépassement de découvert (+0,3% à 72,70 euros) qui représentent à eux trois un tiers des frais totaux augmenteront modérément, d’autres services subiront des hausses beaucoup plus significatives.

C’est par exemple le cas des virements occasionnels en agence qui augmentent de 3,8% (4,10 euros par virement). Les hausses atteignent même 33 et 40% à la Caisse d’épargne Hauts de France (de 3,75 à 5 euros) et au Crédit Agricole Lorraine (5 à 7 euros).

"Les banques augmentent les opérations réalisées en agence pour inciter leurs clients à réaliser ces opérations en ligne gratuitement et libérer les conseillers bancaires pour des tâches complexes, à plus forte valeur ajoutée comme du conseil en épargne ou des crédits", explique Laure Prenat. L’envoi d’un chéquier en recommandé est quant à lui facturé 7 euros en moyenne, soit une augmentation de 5%.

Des efforts pour limiter les hausses 

Face à la concurrence des banques en lignes, certaines banques traditionnelles consentent cependant à limiter la hausse des frais pour rester compétitives. D’autres optent même pour une baisse. C’est le cas du Crédit Coopératif qui fortement réduit le montant de sa commission d’intervention de 8 à 4 euros.

Le Crédit agricole Toulouse a quant à lui divisé par deux ses frais à l’étranger. Le Crédit agricole Centre Loire et Charente-Maritime Deux-Sèvre ont pour leur part décidé de les rendre gratuits sur les cartes à débit différées, explique Le Parisien.

Paul Louis