BFM Business

Les entreprises qui ont réalisé leur transformation numérique "ont beaucoup mieux amorti la crise"

Aiman Ezzat, directeur général de Capgemini, était l'invité ce lundi matin de Good Morning Business sur BFM Business.

Le coronavirus a-t-il accéléré la numérisation et l'industrialisation des processus des entreprises? "La crise a mis en évidence la différence entre les sociétés qui avaient fortement investi, notamment dans la relation clients ou dans l'automatisation et la numérisation de leurs processus industriels ou de leur chaîne logistique, et les autres", assure Aiman Ezzat, directeur général du groupe de services informatiques Capgemini, invité ce lundi matin de Good Morning Business sur BFM Business.

Les sociétés qui avaient déjà amorcé leur transformation "ont beaucoup mieux amorti la crise parce qu'elles ont continué à vendre à travers ces réseaux digitaux. Elles ont gardé l'intimité avec leurs clients à travers l'investissement qu'elles avaient fait", explique le dirigeant, qui note aujourd'hui un "engouement beaucoup plus fort" de ses clients sur le numérique. Le géant français de l'informatique a vu son bénéfice net plonger de 20% au premier semestre, mais la très bonne résistance de ses activités liées à la transformation numériques des entreprises a limité l'impact de la crise.

Une évolution des consommateurs

"Il y a aussi une évolution au niveau des consommateurs et des clients de ces clients. Ceux qui ont goûté à la relation numérique durant le confinement ne sont pas prêts nécessairement à retourner vers des agences ou des distributeurs, ils veulent garder cette relation numérique", avance Aiman Ezzat. "Cela met beaucoup de pression sur les entreprises de continuer à évoluer dans ce domaine".

J. B.