BFM Business

Leclerc gagne de nouveau en appel contre les pharmaciens

La cour d'appel de Colmar estime que les centres Leclerc peuvent continuer à faire campagne contre le prix des médicaments non remboursés et revendiquer le droit de les vendre dans leurs "espaces santé". /Photo d'archives/REUTERS/Eric Gaillard

La cour d'appel de Colmar estime que les centres Leclerc peuvent continuer à faire campagne contre le prix des médicaments non remboursés et revendiquer le droit de les vendre dans leurs "espaces santé". /Photo d'archives/REUTERS/Eric Gaillard - -

STRASBOURG - Les centres Leclerc peuvent continuer à faire campagne contre le prix des médicaments non remboursés et revendiquer le droit de les...

STRASBOURG (Reuters) - Les centres Leclerc peuvent continuer à faire campagne contre le prix des médicaments non remboursés et revendiquer le droit de les vendre dans leurs "espaces santé", estime la cour d'appel de Colmar.

Celle-ci a infirmé un jugement de la chambre commerciale du tribunal de grande instance de Colmar qui ordonnait au distributeur, le 21 janvier dernier, de cesser cette campagne publicitaire, a rapporté Me Gilbert Parleani, avocat de Leclerc.

La cour d'appel s'est fondée sur le droit à la liberté d'expression qu'il avait plaidé devant elle, a-t-il précisé.

Saisi par plusieurs groupements de pharmaciens, le juge de première instance estimait que le message délivré par Leclerc était "trompeur" pour le consommateur et constitutif d'une concurrence déloyale vis-à-vis des officines de pharmacie.

La chaîne d'hypermarchés de Michel-Edouard Leclerc est déjà sortie victorieuse, en appel et en cassation, d'une précédente bataille engagée en 2008 par les pharmaciens contre une campagne qui présentait les médicaments comme des produits de luxe.

La législation française interdit toute vente de médicaments, remboursés ou non remboursés, hors des pharmacies.

Dans leur dernière campagne de publicité, les centres Leclerc dénonçaient un prix du médicament qui "peut varier du simple au triple" selon les pharmacies et revendiquaient le droit de les vendre dans leurs hypermarchés "à prix E. Leclerc".

Gilbert Reilhac, édité par Gilles Trequesser