BFM Business

Le Medef s'oppose à ce que les entreprises payent une grande partie des mesures pour le pouvoir d'achat

Medef

Medef - Jacques Demarthon - AFP

Pour compenser en partie le coût des mesures en faveur du pouvoir d'achat, le gouvernement veut mettre davantage à contribution les entreprises, surtout les plus grandes. Le Medef estime qu'il devrait plutôt baisser les dépenses publiques.

Le Medef "prend acte" des modalités des mesures annoncées par le gouvernement pour relancer le pouvoir d'achat et mettre fin à la crise des "gilets jaunes", lundi dans un communiqué. L'organisation patronale "se réjouit de l'esprit qui guide ces mesures qui visent à reconnaître le travail" mais "reste vigilant" concernant la hausse du Smic qui ne doit pas "accroître le coût du travail".

Le Premier ministre Édouard Philippe a annoncé que le gain de 100 euros net pour les salariés proches du Smic, mesure phare annoncée par Emmanuel Macron, passerait "par une hausse massive de la prime d'activité" qui sera versée "dès le 5 février pour compléter le salaire de janvier", dans un entretien aux Echos.

"L'effort principal doit être porté par la réduction des dépenses publiques", précise le Medef. Le chef du gouvernement a indiqué aux Echos que 4 milliards d'euros d'efforts seront répartis entre les entreprises et l'État. Les première seront mises à contribution autour de 2,5 milliards d'euros entre le gel de la baisse de l'impôt sur les bénéfices pour les plus grandes entreprises, la taxe Gafa et la réduction de la "niche Copé". L'exécutif compter trouver entre 1 et 1,5 milliard d'euros d'économies sur la dépense publique.

J.-C.C. avec AFP