BFM Business

Le coût du chômage partiel risque d'être bien plus élevé que prévu

Bruno Le Maire

Bruno Le Maire - AFP

Les demandes de chômage partiel augmentent un peu plus chaque jour. Le gouvernement s'attend à un coût supérieur aux 8,5 milliards d'euros initialement prévus.

Le compteur grimpe de jour en jour. Ce mardi, le ministre de l’Economie Bruno Le Maire a annoncé que 730.000 salariés étaient désormais concernés par le dispositif renforcé de chômage partiel en raison de la crise sanitaire du coronavirus. Le décompte précédent faisait état dimanche soir de 560.000 salariés dans cette situation. 

Concrètement, le dispositif, qui vise à sauvegarder les emplois, prévoit que les salariés en activité partielle perçoivent 84% de leur salaire net (100% s’ils sont au SMIC). Compte tenu du contexte actuel, l’Etat s’est engagé à prendre en charge l’intégralité du coût du dispositif. 

Autant dire que la facture s’annonce salée. Si le gouvernement avait initialement prévu une enveloppe de 8,5 milliards d’euros, Bruno Le Maire a reconnu ce mardi que "ce sera davantage". Car le nombre de demandes devraient encore augmenter. L’exécutif s’attend à une hausse de 20% d’ici la fin de la semaine, selon Les Echos, et au moins deux millions de salariés concernés à terme. 

2 à 2,5 milliards d'euros par semaine 

L’Unédic, qui prend en charge un tiers du coût du dispositif, s’inquiète aussi de voir la note exploser. Selon ses prévisions dévoilées par Les Echos, le recours au chômage partiel représente 2 à 2,5 milliards d’euros de dépenses par semaine de confinement, dont 400 à 950 millions pour elle seule.

Sans compter la baisse des recettes estimée entre 120 et 150 millions d’euros par semaine en raison d’une réduction des cotisations patronales et de la CSG ainsi que "les reports de contributions et les autres annonces en cours comme le maintien de l’ARE (allocation chômage, NDLR) au-delà de la fin de droits" qui vont alourdir la facture, selon une note de l’Unédic.

Des demandes refusées?

Dans ces conditions, le ministère du Travail a fait parvenir un document à l’ensemble des Direccte (Directions régionales des entreprises, de la concurrence, de la consommation, du travail et de l’emploi) pour se pencher sur les cas dans lesquels le chômage partiel pourrait être évité. D’ailleurs, les Direccte commenceraient d’ores et déjà "à refuser certaines demandes d’activité partielle", explique à Ouest-France Thierry Legrand, associé expert-comptable au sein du groupe Exponens. 

En effet, les services du ministère du Travail peuvent estimer que certaines entreprises n’ont pas eu l’obligation de fermer et auraient ainsi pu continuer leur activité, notamment celles pour lesquelles le télétravail est possible. 

Invitée ce mardi sur BFM Business, la ministre du Travail Muriel Pénicaud a néanmoins tenu à préciser les conditions d'accès au chômage partiel pour éviter les différences d'interprétation des règles par les services régionaux: 

"J'ai redonné des instructions (...) pour qu'il n'y ait aucune différence d'interprétation. Je le rappelle: tous les secteurs d'activité peuvent recourir au chômage partiel, toutes les tailles d'entreprise. (...) Ensuite, ce n'est pas réservé à l'accueil du public, puisqu'il y a des activités qu'on ne peut plus faire.(...) Si votre fournisseur est complètement en rideau parce qu'il ne peut plus fonctionner (...), évidemment l'entreprise qui sera son client ne pourra pas fonctionner", a indiqué Muriel Pénicaud. 
Paul Louis