BFM Business

LCL veut révolutionner ses agences

-

- - AFP

LCL, la filiale du groupe Crédit-Agricole, repart à l'offensive. Elle dévoile ce jeudi une nouvelle campagne de communication, qui vise à accompagner un nouveau positionnement stratégique : devenir la toute première banque urbaine en s'appuyant notamment sur son réseau d'agences.

LCL a décidé de prendre ses concurrents à contre-pied. Alors que toutes les grandes banques traditionnelles cherchent à réduire leur réseau, la banque veut au contraire capitaliser sur ses agences. « Notre réseau est un actif clé », explique Michel Mathieu, le directeur général de la banque, aux manettes depuis 2016 qui s'engage : « LCL c'est aujourd'hui 1700 agences, aucune ne fermera ». Car c'est bien sur ce réseau que l'établissement veut s'appuyer pour repartir à l'offensive.

Des agences qui collent mieux aux besoins des clients

« Ce que veulent les gens, ce n'est pas moins d'agences mais des agences différentes », explique le directeur général. Le fonctionnement même des agences va donc être repensé pour mieux coller aux besoins des clients. Certaines resteront ouvertes jusqu'à 20h pour accompagner les sorties de bureaux. Une première dans le secteur bancaire.

Un test a déjà été lancé dans une agence parisienne et a vocation à être étendu à d'autres agences du réseau. Autre mesure encore pour faciliter la vie de ses clients, ceux-ci pourront choisir dans l'application mobile une plage horaire et prendre RDV directement avec leur conseiller. Enfin, toujours dans le même état d'esprit : un client, même s’il conservera un conseiller attitré, sera considéré comme client de la banque avant tout et pourra donc s'adresser sans discernement à l'ensemble du réseau. Plus besoin de se rendre dans sa propre agence, à l'autre bout de la ville.

Etre accessible « N'importe où, n'importe quand »

Tout cela s'accompagnera bien-sûr - comme dans toutes les autres banques - d'une offensive sur le digital. Agences, téléphone, application digitale disponible 24h/24 et 7 jours sur 7... le but est d'accompagner le client en continu, avec un maximum de flexibilité.

Objectif : devenir la première des banques urbaines

LCL a un atout : 80% de ses agences sont implantées en ville, où la banque réalise 92% de ses revenus. C'est donc sur ces urbains, son coeur de cible, qu'elle va concentrer tous ses efforts pour doper ses parts de marché. La banque se donne ainsi 5 ans pour devenir la banque d'un urbain sur sept, contre un sur neuf actuellement.

Pour LCL, il s'agit non seulement de trouver un positionnement fort et différent de ses concurrents... à commencer par le Crédit-Agricole, qui cohabite au sein du même groupe, et qui lui, est très présent auprès des clientèles rurales.

Caroline MORISSEAU