BFM Business

Vers une flambée des prix pour le fret maritime avec le coronavirus

Escales supprimées, conteneurs qui s'entassent, pénurie de chauffeur routiers… Le transport maritime entre la Chine et l'Europe est à l'arrêt. Une situation très périlleuse pour de nombreuses d'entreprises.

"Une foire d'empoigne." Voilà ce qui attend les entreprises qui voudront réserver des capacités de transport une fois que la crise sanitaire du coronavirus sera passée. Actuellement, le transport maritime entre la chine et l’Europe est quasiment au point mort, et "n’espérez pas trouver une place à bord d'un porte conteneur avant le mois d'avril" explique l'Union des Entreprises de Transport et Logistique de France.

Toutes les capacités de transport ont déjà été réservées et les tarifs explosent. Il faut compter par exemple 300 dollars de plus par conteneur entre l'Europe du nord et l'Asie, et jusqu’à 1000 dollars entre l'Asie et l'Amérique du sud.

Par conséquent les entreprises les plus riches seront les premières servies. Les autres devront patienter avec tout ce que cela peut avoir comme impact économique et social.

Il faut donc s'attendre dans les mois qui viennent à une véritable ruée sur les conteneurs. Certains experts évoquent même une pénurie de capacité de transport, de quoi retarder le retour à la normale.

Une situation qui désorganise aussi, bien-sûr, les ports européens avec de nombreuses escales reportées. Situation encore plus problématique en France puisque, parallèlement, les opérations "ports morts", lancées depuis le début de la crise sur les retraites, vont encore se poursuivre dans les jours qui viennent.

Jean-Baptiste Huet