BFM Business

Sous-marins: Paris attend des garanties avant de reprendre contact avec l'Australie

Le PDG de Naval Group sera auditionné mardi par deux commissions de l'Assemblée nationales sur l'affaire des sous-marins australiens

Le PDG de Naval Group sera auditionné mardi par deux commissions de l'Assemblée nationales sur l'affaire des sous-marins australiens - Naval Group

Si elle ne s'oppose pas à renouer le contact avec l'Australie, la France dit vouloir une conversation "préparée de manière très sérieuse" afin qu'elle "soit de substance".

La France attend d'être assurée d'avoir une "conversation de substance" avec l'Australie, avant de renouer le contact au plus haut niveau après la rupture par Canberra d'un méga-contrat sur les sous-marins, a indiqué ce mardi l'Elysée.

Depuis l'annonce de l'alliance AUKUS entre les Etats-Unis, l'Australie et le Royaume-Uni dans l'Indopacifique, qui a provoqué la colère de la France, Emmanuel Macron s'est entretenu la semaine dernière avec l'Américain Joe Biden et le Britannique Boris Johnson, mais pas avec le Premier ministre australien.

"La question n'est pas de savoir" si le président Emmanuel Macron est "disponible pour parler" avec Scott Morrisson car "il l'est toujours", mais il s'agit de "préparer cette conversation d'une manière très sérieuse" afin qu'elle "soit de substance", a expliqué un conseiller du président. "Elle aura lieu le moment venu", a-t-il assuré.

L'Australie "ne s'est pas comportée correctement dans cette affaire"

Le Premier ministre australien a affirmé la semaine dernière avoir tenté en vain de joindre Emmanuel Macron et a reconnu qu'il devra se montrer "patient" pour renouer les liens avec Paris. L'Elysée a par ailleurs indiqué que l'ambassadeur français en Australie, rappelé à Paris, allait retourner à Canberra "à une date qui reste à déterminer", alors que celui aux Etats-Unis doit rejoindre Washington dès ce mercredi.

"L'Australie est un pays partenaire important" dans la zone indopacifique, a insisté la présidence, "même si elle ne s'est pas comportée correctement dans cette affaire". Emmanuel Macron a affirmé ce mardi matin que l'alliance AUKUS ne changeait "en rien la stratégie indopacifique de la France", qui est "une puissance indépendamment de tout contrat puisque nous avons un million de compatriotes qui vivent dans cette région et plus de 8000 soldats qui y sont déployés".

P.L. avec AFP