BFM Business
Industries

Royaume-Uni: les tests de certains produits cosmétiques à nouveau en passe d'être autorisés sur les animaux

Les fabricants de produits cosmétiques doivent encore faire des efforts pour éviter d'utiliser certaines substances "indésirables" dans leurs formules et les remplacer par d'autres plus saines

Les fabricants de produits cosmétiques doivent encore faire des efforts pour éviter d'utiliser certaines substances "indésirables" dans leurs formules et les remplacer par d'autres plus saines - NICOLAS ASFOURI © 2019 AFP

Les militants de la protection animale au Royaume-Uni s'insurgent contre la décision du gouvernement d'autoriser à nouveau les tests sur les animaux de substances très utilisées dans les cosmétiques.

Le Royaume-Uni interdit depuis 1998 les tests de produits cosmétiques sur les animaux. Mais 23 ans après, le gouvernement a revu sa copie. Certaines substances pourraient finalement être à nouveau testées sur des animaux pour évaluer leur toxicologie, rapporte The Guardian. Un changement de cap qui a du mal à passer auprès des militants pour les droits des animaux.

Derrière la polémique se cache en réalité une décision rendue publique en octobre 2020 de la chambre de recours de l’Agence européenne des produits chimiques (Echa) concernant un fabricant de produits cosmétiques allemand, Symrise AG. Il est alors confirmé que des tests sur les animaux doivent être effectués afin de déterminer la toxicité de deux substances très utilisées dans les cosmétiques: l'homosalate et le 2-ethylhexyl salicylate.

Une décision qui a provoqué la colère des membres de l’Animal-Free Safety Assessment Collaboration (Afsa) (l’ONG Humane Society International et les entreprises Avon, L’Oréal, Procter&Gamble, Unilever and Lush), qui se sont exprimés dans une déclaration commune.

Face à la polémique, le gouvernement britannique s'est expliqué dans une lettre. Il affirme avoir simplement voulu se mettre en conformité avec la décision européenne et rappelle que sa politique contre les tests sur les animaux de produits cosmétiques finis reste en vigueur.

Crainte d'un retour en arrière

Mais les associations de protection animale craignent que cette décision ne fasse un appel d'air. Le Royaume-Uni fait figure de pionnier. Avant l'entrée en vigueur de l'interdiction des tests sur les animaux décidée par le gouvernement travailliste en 1998, la plupart des substances des cosmétiques faisaient l'objet de tests sur les animaux.

L'Union européenne a interdit en 2004 les tests de produits cosmétiques sur les animaux, et en 2009 ceux des ingrédients cosmétiques. En 2013, Bruxelles est allé encore plus loin en interdisant la mise sur le marché dans l'Union de produits qui ont fait l'objet de tests sur des lapins, des rats, des souris ou d'autres animaux.

L'absence de tests sur les animaux est aussi un argument de vente. Une étude de Nielsen en 2016 révélait que la mention "non testé sur les animaux" était l’argument numéro un pour les acheteurs de produits de beauté. Par ailleurs, 43% des sondés se disaient prêts à dépenser plus d’argent pour les produits qui ne sont pas testés sur les animaux.

https://twitter.com/Pauline_Dum Pauline Dumonteil Journaliste BFM Tech