BFM Business

Pour percer dans l'aéronautique, Solvay s'offre le roi des composites

Usine Solvay à Chalampe, dans l'est de la France, image d'illustration.

Usine Solvay à Chalampe, dans l'est de la France, image d'illustration. - Sébastien Bozon - AFP

Le chimiste belge acquiert l'américain Cytec pour environ 4,9 milliards d'euros. Son ambition: mieux profiter de la croissance du marché aéronautique.

Une transaction à près de 5 milliards d'euros. Le groupe chimique belge Solvay va mettre la main sur l'américain Cytec, un spécialiste des matériaux composites servant principalement le marché aéronautique, afin de devenir le numéro deux de ce secteur.

"Cette opération représente une opportunité unique d'étendre notre offre de solutions et de matériaux à haute valeur ajoutée pour l'aéronautique et l'automobile", s'est félicité le patron de Solvay, Jean-Pierre Clamadieu, dans un communiqué.

"C'est une étape décisive, mais ce n'est pas la dernière", a-t-il prévenu lors d'une conférence téléphonique, anticipant d'autres acquisitions.

La transaction devrait être finalisée au quatrième trimestre

Basé dans le New Jersey (est des Etats-Unis), Cytec réalise les deux tiers de son chiffre d'affaires dans les matériaux composites pour l'aéronautique. Il est également le leader mondial des formulations utilisées pour améliorer la séparation des minerais. Le groupe, qui emploie 4.600 personnes dans le monde, a affiché un chiffre d'affaires de 2 milliards de dollars en 2014.

Il "renforcera la capacité de Solvay à apporter à ses clients des solutions répondant aux défis de notre planète: la réduction des émissions de CO2 grâce à l'allègement des structures", détaille le groupe chimique belge. Pour sa part, "Cytec bénéficiera des solides relations de Solvay avec les grands constructeurs automobiles et les principaux équipementiers". 

La transaction s'élève à 5,5 milliards de dollars (environ 4,9 milliards d'euros) pour une valeur d'entreprise de 6,4 milliards de dollars. Elle sera financée par une augmentation de capital de 1,5 milliard d'euros, 1 milliard d'euros d'obligations hybrides et d'autres emprunts. Elle devrait être finalisée au quatrième trimestre.

Jean-Pierre Clamadieu s'est dit "très confiant" quant au feu vert des autorités de régulation, les deux groupes ayant peu d'activités se chevauchant. Il n'a pas exclu en revanche "le risque" qu'une meilleure offre survienne avant la conclusion de l'opération, comme cela est "toujours possible" lors d'acquisitions aux Etats-Unis.

Des bénéfices dès la deuxième année

Si elle voit le jour, l'opération devrait améliorer la croissance de l'EBITDA (résultat d'exploitation) de Solvay par la progression du chiffre d'affaires et celle des marges et être bénéfique pour son bénéfice ajusté par action, dès la deuxième année.

Le groupe belge table également sur plus de 100 millions d'euros de synergies par an presque entièrement réalisées dans les trois prochaines années. L'activité "composites" de Cytec sera intégrée au segment "Advanced Materials" de Solvay, qui propose des applications de très haute performance pour des secteurs comme l'aéronautique, les trains à grande vitesse, les pneus à basse consommation d'énergie...

Peu après cette annonce, Solvay a dévoilé des résultats du deuxième trimestre soutenus par des "effets de changes très favorables", avec un bénéfice net de 143 millions d'euros, contre une perte de 292 millions d'euros un an plus tôt.

V.R. avec AFP