BFM Business

Le Havre: après les mouvements sociaux, quel plan pour retrouver la puissance du port?

Le blocage sur les terminaux à l'import de 100.000 conteneurs en décembre et janvier, a entraîné des frais supplémentaires que le porte du Havre et les entreprises doivent désormais se partager.

Le blocage sur les terminaux à l'import de 100.000 conteneurs en décembre et janvier, a entraîné des frais supplémentaires que le porte du Havre et les entreprises doivent désormais se partager. - AFP

Fortement perturbé par des mouvements sociaux en décembre et janvier, le port du Havre a annoncé lundi un plan d'un total de six millions d'euros destiné à "relancer l'activité".

"Restaurer (…) la confiance permettant de retrouver très vite notre dynamique de développement" grâce à des mesures "d'un montant exceptionnel". C'est en ces termes que Baptiste Maurand, directeur général de HAROPA - port du Havre, cité dans un communiqué, s'est exprimé ce lundi pour répondre aux craintes qui entourent la stabilité financière du port du Havre et des entreprises qui y travaillent.

>>> Téléchargez l’application BFM Business pour ne rien rater de l’actualité économique et financière

180 millions d'euros de pertes de marge brute pour les entreprises

De fait, le blocage sur les terminaux à l'import de 100.000 conteneurs en décembre et janvier, a entraîné des frais supplémentaires (notamment des frais de stationnement) dont le port et les entreprises de manutention doivent aujourd'hui se partager l'effort à hauteur de trois millions d'euros (1,8 million pour le port et 1,2 million d'euros d'aides directes par les manutentionnaires apportées à leurs clients).

Jean-Louis Le Yondre, le président du syndicat des transitaires havrais (STH), a chiffré à 180 millions d'euros le montant pour les entreprises des pertes de marge brute liées aux grèves.

Un premier volet de mesures avait été annoncé le 5 février, avec trois millions d'euros apportés aux armateurs occasionnant une remise exceptionnelle sur les droits de port pour les mois de janvier et février ainsi qu'une remise tarifaire proposée pendant deux ans.

JCH avec AFP