BFM Business

En situation "d'urgence", l'acier européen réclame une baisse des quotas d'importation étrangère

Invité sur le plateau de Good Morning Business, ce mercredi, Philippe Darmayan, président d'ArcelorMittal France et président de l'UIMM (Union des industries et métiers de la métallurgie) a notamment accusé la Turquie de profiter de la crise pour faire du dumping.

"Notre inquiétude aujourd'hui est plus qu'une inquiétude, c'est une urgence." L'alerte ne peut pas être plus claire. Sur le plateau de Good Morning Business Philippe Darmayan, président d'ArcelorMittal France et président de l'UIMM (Union des industries et métiers de la métallurgie) a mis en garde contre la situation des aciéristes européens qui ont été contraints de baisser de 50% leur production avec la crise du coronavirus.

En revanche, les pays hors d'Europe "ont décidé de ne pas arrêter leur production" poursuit-il. "Il n'y a qu'un marché qui, apparemment, est disponible pour eux, c'est l'Europe." En clair, les producteurs turcs, russes, et dans une moindre mesure chinois, se sont engouffrés dans le passage puisque leurs importations ont doublé sur avril. "On en accuse certains de dumping, notamment les Turcs" tranche Philippe Darmayan.

Baisse des quotas

"Mais la question est plus grave que ça" souligne le patron, puisque le secteur craint désormais que "la croissance que nous attendons" ne soit satisfaite que par une production non-européenne. "La souveraineté, ce n'est pas seulement la relocalisation de choses qui sont à l'extérieur, c'est aussi maintenir et défendre ce que l'on a à l'intérieur" insiste Philippe Darmayan. "Nous attendons de la part de l'Europe un bouclier (…) qui soit plus stricte, qui soit plus adapté à la situation actuelle."

"Puisque la demande a baissé, que l'ensemble des quotas que les étrangers peuvent amener sur le territoire français soit baissé" réclame-t-il. Sans quoi, l'acier français et européen pourrait bien sortir de la crise dans un état catastrophique.

Thomas Leroy