BFM Business

Comment Hénaff prépare les plats de fête de Thomas Pesquet

Cuisinés par plusieurs chefs étoilés, les petits plats de fête qui arriveront dans la Station spatiale internationale avec Thomas Pesquet sont passés par un processus industriel strict dont s'est chargé le breton Hénaff, spécialiste de la conserve.

"Certains fromages français ne sont probablement pas légaux sur la Station spatiale internationale" s'amusait la semaine dernière Thomas Pesquet, devant ses coéquipiers hilaires. Mais le Français ramènera tout de même quelques plats de fête à partager à 400 km d'altitude.

Une fois de plus, les chefs étoilés se sont mis à la tâche pour proposer des repas de haute volée mais destinés à l'espace. Thierry Marx, Alain Ducasse et François Adamski ont été choisis pour cuisiner des spécialités de bœuf bourguignon ou de poitrine fermière…

"Tout cela doit rentrer dans une petite boîte, dans des conditions d'hygiène parfaite, en préservant le goût, en préservant la présentation, les couleurs" explique le chef Alain Ducasse. "Retrouver cette concentration de goûts dans des conditions extrêmement contraintes, c’était cela le défi."

Le tout sans la moindre miette pour éviter qu'elles ne pénètrent dans les équipements.

Test de résistance et recyclage

Et pour la conservation, l'entreprise Hénaff s'en occupe. Première marque de pâtés et rillettes appertisés, le Breton est un spécialiste de la conserve. "C'est un projet complétement fou. On est très modeste dans cette histoire, on est tous en train de s'y intéresser de se dire que, d'une certaine façon, on a un petit bout de nous" témoigne Loïc Hénaff.

D'une part, les 300 emballages fabriqués doivent subir des contraintes hors-norme, avant d'être validés, en termes de résistance et d'hygiène. Toutes ne partiront pas mais ceux qui seront ouverts seront recyclés, c'était une demande du Cnes (Centre nationale des études spatiales).

Car rien ne se perd : une fois broyés, les emballages alimentaires pourront être transformés en objets plastique grâce à une imprimante 3D dans la station spatiale.

Thomas Leroy Journaliste BFM Business