BFM Business

Cette innovation rend les panneaux solaires plus légers et... bon marché

La société polonaise Saule Technology dispose de laboratoires très modernes pour élaborer les panneaux solaires avec sa technologie à base de "pérovskites". Elle fait construire un site de production à Wroclaw (Pologne).

La société polonaise Saule Technology dispose de laboratoires très modernes pour élaborer les panneaux solaires avec sa technologie à base de "pérovskites". Elle fait construire un site de production à Wroclaw (Pologne). - Saule Technologies

Une jeune chercheuse polonaise a développé une technologie de panneaux photovoltaïques qui les rend prêts à être posés presque partout, au soleil et même à l'ombre, sur les murs ou les fenêtres. Le géant suédois du BTP Skanska les teste déjà sur un immeuble à Varsovie.

Qui n'a pas rêvé de panneaux solaires légers et faciles à poser sur (presque) toutes les surfaces d'un bâtiment? C'est la promesse qu'apportent avec elles les cellules photovoltaïques à pérovskites. Ce matériau innovant offre un haut rendement de conversion du rayonnement solaire en électricité, pour des coûts de fabrication limités.

"À notre avis, les cellules solaires pérovskites ont le potentiel de remédier à la pauvreté énergétique mondiale", déclare Mohammad Khaja Nazeeruddin, professeur à l'Institut des sciences et ingénierie chimique à l'Ecole Polytechnique Fédérale de Lausanne (EPFL), en Suisse, à la pointe de la recherche sur l'énergie photovoltaïque.

Un rendement de 22% égal au photovoltaïque classique

Cette technologie ouvre la voie aux panneaux solaires légers, efficaces du point de vue énergétique, à taux de transparence et à teintes variables, et bon marché. Utilisables même sur les surfaces peu exposées au soleil, ces cellules affichent un rendement de 22%, alors que les cellules à silicium cristallin culminent à 21% après des années de recherche (cf tableau ci-dessous).

Leur production industrielle va démarrer d'ici la fin de l'année 2019 sous l'impulsion d'une jeune scientifique polonaise, Olga Malinkiewicz, doctorante à l'Institut des sciences moléculaires (ICMol) de l'Université de Valence, en Espagne.

En marge de ses études, elle avait crée une cellule photovoltaïque en posant une couche de pérovskites par évaporation, et finalement par simple impression à jet d'encre. "C'était en plein dans le mille! Plus besoin de hautes températures pour mettre une couche photovoltaïque sur tout type de support!", raconte la jeune scientifique.

-
- © -

Encouragée par deux hommes d'affaires polonais (Piotr Krych et Arthur Kupczunas), elle fonde en 2014 avec eux à Wroclaw (sud-ouest) la société Saule Technologies dont elle devient directrice technique. Soutenue par le multimilionnaire japonais Hideo Sawada, sa start-up dispose de laboratoires modernes pour mettre au point des panneaux solaires. Ils seront industrialisés dans un site de production en cours de construction à Wroclaw en Pologne, qui doit démarrer fin 2019.

"Ce sera la première chaîne au monde basée sur cette technologie. Sa capacité atteindra 40.000 mètres carrés de panneaux à la fin de l'année et 180.000 un an plus tard", explique la directrice technique de Saule.

Le géant du BTP suédois Skanska, qui fait des tests en conditions réelles sur un immeuble à Varsovie, a signé avec Saule un contrat d'exploitation de cette technologie sur tous ses marchés en Europe, aux États-Unis et au Canada.

-
- © Olga Malinkiewicz présentait au Japon, en décembre 2018, sa technologie de panneau solaire dont des prototypes équipent l'hôtel Henn-Na situé près de Nagazaki. Saule Technologies.

"Les pérovskites font leurs preuves même sur les surfaces peu exposées au soleil. On peut les appliquer quasiment partout. Plus ou moins transparents, les panneaux répondent aussi aux exigences du design. Grâce à leur souplesse et leurs teintes variables, pas besoin de construire des supports supplémentaires, d'intervenir sur la forme ou le dessin du bâtiment", explique Adam Targowski, responsable du développement équitable chez Skanska.

Un panneau d'environ 1,3 mètre carré, au coût attendu de 50 euros et au rendement comparable aux panneaux classiques, approvisionnera en énergie un poste de travail en bureautique à longueur de journée, selon les estimations actuelles.

Un test grandeur nature dans un hôtel au Japon

Un autre test grandeur nature a été lancé sur un hôtel au Japon, près de Nagasaki. Cet établissement est installé dans une parc à thème dont le propriétaire est l'homme d'affaires japonais Hideo Sawda qui soutient financièrement Saule Technologies et croit dur en l'avenir de la technologie.

Selon Assaad Razzouk, le PDG de Sindicatum Renewable Energy, basé à Singapour, "le potentiel de cette technologie est énorme" "Pensons à tous les bâtiments qu'on pourrait équiper dans le monde!", souligne ce promoteur de projets d'énergie propre en Asie.

Frédéric Bergé avec AFP