BFM Business

Ascoval: le repreneur admet ne pas avoir les moyens et cherche des "solutions alternatives"

L'aciérie d'Ascoval est sise à Saint-Saulve dans le département du Nord.

L'aciérie d'Ascoval est sise à Saint-Saulve dans le département du Nord. - François Lo Presti - AFP

Altifort a reconnu jeudi ne pas avoir obtenu "les financements externes" nécessaires pour le rachat de l'aciérie d'Ascoval.

Le groupe Altifort a reconnu jeudi ne pas avoir obtenu "les financements externes" nécessaires à la reprise de l'aciérie d'Ascoval à Saint-Saulve (Nord), affirmant rechercher "toutes les solutions alternatives" d'ici l'audience, le 27 février, du Tribunal de grande instance de Strasbourg.

"Altifort a demandé en début de semaine par écrit la résolution du plan de cession d'Ascoval", validé en décembre par la justice, "et ce afin de protéger les salariés d'Ascoval et du groupe", a indiqué Altifort dans un communiqué à l'AFP.

"En effet, à ce jour, les financements externes n'ont pas pu être mis en place tels que prévus" lors de la validation du plan de cession par le TGI de Strasbourg le 19 décembre dernier. "Le projet de résolution sera examiné le 27 février", souligne Altifort en précisant que d'ici là, "toutes les solutions alternatives seront explorées en liaison avec les pouvoirs publics".

Le DG d'Altifort "ne jette pas l'éponge"

Le directeur général d'Altifort, Bart Gruyaert, a assuré jeudi à l'AFP qu'il "ne jette pas l'éponge" pour la reprise de l'aciérie d'Ascoval à Saint-Saulve (Nord) et qu'il "se concentre à trouver une solution" financière d'ici à l'audience du tribunal de Strasbourg, le 27 février.

"J'ai des contacts avec un partenaire sidérurgique, qui était intéressé par faire son entrée au capital dans les prochains mois. J'essaie de le faire entrer plus tôt", a ajouté Bart Gruyaert, après que le groupe Altifort a reconnu ne pas avoir obtenu "les financements externes" nécessaires à la reprise d'Ascoval.

L'entreprise Altifort ne dispose pas des fonds nécessaires et "a trompé tout le monde", a affirmé jeudi Bercy à l'AFP. "Altifort nous a confirmé qu'il ne pourrait verser aucun des fonds sur lesquels il s'était engagé, ni les dix millions de fonds propres, ni les 25 millions de levée de fonds", a précisé une source au cabinet du ministre de l'Economie Bruno Le Maire.

Avec AFP