BFM Business

Alstom: Le Maire nie toute négligence dans l'utilisation des fonds publics

Le ministre de l'Économie était auditionné à l'Assemblée nationale.

Le ministre de l'Économie était auditionné à l'Assemblée nationale. - Eric Feferberg - AFP

Interrogé à l'Assemblée sur le rapprochement entre le groupe français et Siemens, le ministre de l'Économie a réfuté toute "utilisation frauduleuse" de l'argent public.

Bruno Le Maire a nié ce mercredi toute négligence dans le rapprochement entre Alstom et Siemens, en réponse à son prédécesseur Arnaud Montebourg qui a brandi la menace de poursuites pénales contre lui.

"Il n'y a pas d'utilisation frauduleuse de fonds publics et il n'y a aucune négligence dans l'utilisation des fonds publics, justement parce que je n'utilise pas des fonds publics pour faire de la spéculation sur le dos du contribuable", a affirmé le ministre de l'Économie lors d'une audition à l'Assemblée nationale.

L'entrée de l'État au capital aurait empêché l'accord avec Siemens

En outre, le locataire de Bercy a assuré que la prise de contrôle d'Alstom par Siemens n'aurait pu se faire si l'État avait exercé son option pour entrer dans le capital du groupe français.

Il s'est également dit convaincu que que l'alliance Alstom-Siemens dans le ferroviaire serait un jour rejointe par le canadien Bombardier et l'espagnol CAF, leurs deux principaux concurrents en Europe.

"Ma conviction, c'est que nous aurons une recomposition industrielle dans tous les secteurs qui sera beaucoup plus rapide que ce que nous pensons", a-t-il déclaré.

Y.D. avec AFP