BFM Business

3M veut fermer un site industriel francilien qui emploie 280 salariés

La date de fermeture du site francilien de Beauchamp, qui emploie 280 personnes, n'a pas été précisée, mais 3M France prévoit "une aggravation de (sa) situation opérationnelle d'ici 2019".

La date de fermeture du site francilien de Beauchamp, qui emploie 280 personnes, n'a pas été précisée, mais 3M France prévoit "une aggravation de (sa) situation opérationnelle d'ici 2019". - Koen van Weel-ANP-AFP

3M France veut fermer son usine de Beauchamp (Val-d'Oise), menaçant 280 emplois, dans le cadre d'une réorganisation à l'échelle européenne impactant au total 800 postes, selon FO. La firme américaine a déjà prévu de fermer son site bourguignon de fabrication d'adhésifs.

3M France a présenté aux représentants du personnel du site de Beauchamp dans le Val d'Oise un "projet de réorganisation industrielle" lors d'un comité central d'entreprise (CCE), en indiquant que des démarches pour "identifier des repreneurs sont engagées dès maintenant".

L'usine menacée de fermeture fabrique principalement des produits pour le bureau et la papeterie, l'entretien ménager et le nettoyage professionnel et elle fait face "depuis plusieurs années à une hausse significative de ses coûts de production et à une baisse continue de ses volumes", a justifié l'entreprise. Ce site "enregistre des pertes malgré des investissements de plusieurs millions d'euros depuis 2013", a indiqué un porte-parole de l'entreprise à l'AFP.

Un projet de réorganisation à l'échelon européenne

Ce projet s'inscrit dans une réorganisation à l'échelle européenne, annoncée en comité européen jeudi 22 juin, qui prévoit aussi la fermeture de deux sites en Grande-Bretagne et un en Italie, a précisé à l'AFP Alain Doublet (FO). Des sites en Allemagne, Belgique et Suède seront aussi touchés, soit au total 800 emplois impactés, a-t-il ajouté.

La date de fermeture du site francilien, qui emploie 280 personnes, n'a pas été précisée, mais 3M France prévoit "une aggravation de (sa) situation opérationnelle d'ici 2019". Selon FO, la fermeture est prévue au premier trimestre 2019.

"Beaucoup de productions de l'usine ont été délocalisées" depuis plusieurs années, a expliqué de son côté M. Doublet. C'est la direction "qui organise le manque de rentabilité du site", a-t-il souligné. Après la fermeture, l'activité partirait vers la Thaïlande, la Pologne, les États-Unis et l'Espagne.

Un site industriel "à l'agonie" selon le syndicat FO

Sur son blog, FO évoque un site à l'"agonie", avec des effectifs passés de 488 salariés début 2010 à 332 fin mai, en comptant les personnels du laboratoire qui devraient rejoindre le site de Cergy.

3M France s'engage à mettre en place un "plan d'accompagnement" pour aboutir à des reclassements internes et externes. Des négociations vont s'ouvrir et la procédure d'information et de consultation du plan de sauvegarde de l'emploi débutera "dans les semaines à venir", précise 3M France.

Un site 3M en Côte-d'Or est aussi condamné

3M avait déjà annoncé fin avril 2017 la fermeture de son site de Longvic (Côte-d'Or), spécialisé dans la fabrication d'adhésifs, de masques ou de casques de chantier, selon FO. L'activité de cette usine de 84 salariés, rachetée par 3M en 2011, sera délocalisée en Italie et en Pologne.

Le groupe 3M est présent depuis 1952 en France où il emploie 2.400 personnes réparties sur 10 sites industriels et logistiques. Au niveau mondial, 3M emploie près de 90.000 personnes et a réalisé l'an dernier un bénéfice net de 5,05 milliards de dollars (environ 4,5 milliards d'euros) pour un chiffre d'affaires stable de 30,1 milliards de dollars (environ 26,96 milliards d'euros).

F.B avec AFP