BFM Business

Fusion EADS-BAE : vers un géant de l’aéronautique ?

-

- - -

Le groupe aéronautique européen EADS négocie une fusion avec son concurrent britannique BAE Systems. Le rapprochement des deux entreprises signifierait un groupe de 225 000 salariés pour 73 milliards d’euros de chiffre d’affaires, loin devant l’américain Boeing.

Ils sont fiancés mais pas encore complètement mariés. Les discussions entre les constructeurs aéronautiques et de défense EADS et BAE sont arrivées à un stade avancé mais ne sont pas finalisées et un échec est encore possible, selon la presse. Mais déjà la fusion de l'européen EADS et de l'anglais BAE Systems fait rêver. Elle donnerait naissance à un géant de la construction aéronautique et de l'industrie de défense comparable à l'américain Boeing. Comparable mais qui prendrait surtout la place de l’américain avec plus de 225 000 salariés pour 73 milliards d’euros de chiffre d’affaires. Les deux parties cherchent une formule permettant de maintenir l'indépendance de BAE au sein du futur groupe, afin de permettre à l'entreprise britannique de continuer à fournir l'armée américaine, selon une des sources interrogées par l'AFP sous couvert d'anonymat.

Lagardère « examine toutes les conditions » avant son accord

Le groupe Lagardère a annoncé jeudi qu'il ne donnerait son accord au projet de fusion entre les deux plus grands groupes européens de l'aéronautique et de défense, EADS et BAE Systems, qu'après avoir examiné "toutes les conditions" d'un éventuel rapprochement. Lagardère, qui détient 7,5% du capital d'EADS, rappelle également "que ce projet n'a pas encore été soumis à l'approbation" des conseils d'administration d'EADS et de Sogeade Gérance, la holding qui représente les intérêts de l'Etat français et de Lagardère dans le groupe EADS.

La Rédaction avec AFP