BFM Business

Watchfrog: des têtards fluorescents pour détecter la pollution de l'eau

Watchfrog crée donc des larves d’amphibiens mais aussi d’alevins qui deviennent fluorescents au contact des produits chimiques. Les mesures peuvent se faire sur site.

Watchfrog crée donc des larves d’amphibiens mais aussi d’alevins qui deviennent fluorescents au contact des produits chimiques. Les mesures peuvent se faire sur site. - Watchfrog

L’arrêté du 11 janvier 2007 fixe des normes de qualité à respecter pour un certain nombre de substances dans l’eau potable dont le chlore, les nitrates, les pesticides et les bactéries. Une start-up française développe un procédé novateur: la culture de têtards qui deviennent fluorescents au contact de la pollution de l'eau.

C'est une dizaine de lignées que Watchfrog a développé afin de couvrir la plupart des effets des substances polluantes. La start-up, qui a vu le jour il y a bientôt 10 ans, crée donc des larves d’amphibiens mais aussi d’alevins qui s’allument grâce à des biomarqueurs. Ils révèlent ainsi la présence de produits chimiques.

A ceux qui s'inquiéteraient du sort réservé à ces petites bêtes, Grégory Lemkine, PDG de Watchfrog apporte une réponse claire: "Nous avons toujours eu une démarche éthique. Ce sont des larves qui sont à de très jeunes stades. Elles ne ressentent donc pas la douleur car elles ne sont par 'équipés' pour. Il vaut mieux les utiliser que des animaux de laboratoire."

La start-up est la descendante du savoir-faire du Muséum d’Histoire naturelle. Accompagnée par le Genopole d'Evry, elle a donc commencé son activité en réalisant des tests en laboratoire en proposant des analyses de façon industrielle, du prélèvement jusqu’à la mesure. La réponse est fournie en trois jours pour un coût nettement inférieur à celui d'un test in vitro.

Détecter les perturbateurs endocriniens

De nombreuses entreprises ont été séduites comme Veolia, EDF et Sanofi, des municipalités et même l'agence de protection de l'environnement américaine.

Watchfrog a donc franchi une étape supplémentaire avec la mise sur le marché d'un nouveau produit : la FrogBox. Cet appareil mesure sur site la qualité de l'eau. Les têtards et le dispositif sont mis directement à disposition du client.

Watchfrog voit un relais de croissance important avec les tests qui permettent de détecter les perturbateurs endocriniens. Ces substances chimiques, étrangères à l’organisme, peuvent interférer avec le fonctionnement du système et avoir des impacts importants sur l'organisme comme une altération des fonctions de reproduction. Ils traversent souvent les stations d'épuration des eaux usées sans être dégradés ou parviennent dans la nature par infiltration.

Ces perturbateurs endocriniens se retrouvent dans les nappes d'eau souterraines, les lacs et les rivières. Ils viennent s'ajouter à la liste des milliers de micro polluants déjà présents. Pour Gregory Lemkine , "il y a donc un réel besoin de mesures directes sur site".

En la matière, la réglementation évolue, la nouvelle directive sur l'eau établit une liste supplémentaire de substances à surveiller dans tous les États membres dont 3 substances pharmaceutiques. La France est le quatrième pays consommateur de médicaments dans le monde.

Nathalie Croisé