BFM Business

Vers une hausse plus modérée que prévu de certains tarifs EDF

La Commission de régulation de l'énergie préconisait une augmentation des tarifs de l'électricité pour les ménages et les petits professionnels entre 3,5% et 8%. Ségolène Royal a annoncé ce jeudi qu'elle serait de 2,5% en moyenne.

Pour compenser l'insuffisance des hausses survenues depuis 2012, particuliers vont bientôt être invités passer à la caisse. Selon un rapport de la Commission de régulation de l'énergie (CRE) publié mercredi, la hausse des tarifs d’électricité dits "bleus", pourrait atteindre 3,5% en cas de rattrapage des retards tarifaires sur deux ans et 8,0% en cas de rattrapage sur un an. Et ce, dès le 1er aout prochain.

La ministre de l'Ecologie, du Développement durable et de l'Energie Ségolène Royal, a annoncé ce jeudi 16 juillet sur BFMTV- RMC, que les tarifs réglementés d'électricité augmenteront en moyenne de 2,5% au 1er août. "L'augmentation sera de 2,5% et pour certains consommateurs ce sera zéro, notamment pour toutes les consommations des artisans, des commerçants, des petites entreprises", a-t-elle ajouté. 

Les rivaux d'EDF réclament des augmentations

Les interventions des pouvoirs publics pour bloquer ou limiter les hausses de tarifs se sont multipliées ces dernières années, de même que les recours juridiques des rivaux d'EDF qui réclament à l'inverse des augmentations garantissant la couverture des coûts de l'opérateur historique pour pouvoir le concurrencer.

Les tarifs d'EDF ont augmenté de 2,5% pour les particuliers le 1er novembre 2014 en vertu d'une nouvelle formule de calcul qui prend en compte les prix du marché de gros, et pas seulement l'évolution des coûts du groupe, alors que l'Etat avait dans un premier temps prévu une hausse de 5% en août. Pour les tarifs réglementés jaunes et verts appliqués aux entreprises et aux industriels, qui seront supprimés à compter du 1er janvier 2016, la CRE estime que les hausses devraient atteindre respectivement 2,5% et 10,9% le 1er août pour tenir compte de l'obligation de réaliser intégralement les rattrapages avant le 31 décembre 2015. 

Y.D. avec Reuters