BFM Business

Vague de froid: le risque de pénurie d’électricité s’éloigne

Les prévisions de consommation sont revues à la baisse. Les journées de jeudi et vendredi resteront tendues, mais le risque de rupture se réduit.

La France devrait échapper aux coupures. Après quatre jours de doute, la situation s’améliore au sujet de la vague de froid prévue pour le milieu de semaine. Le Réseau de transport d’électricité (RTE) a publié lundi midi un bulletin rassurant. À partir de mercredi et jusqu'à vendredi, les températures seront un peu moins froides que prévu. Les écarts de températures -indicateur clé pour prévoir la consommation d’électricité- seront compris entre -5°C et -6°C par rapport aux moyennes de saison contre -8°C à -9°C prévus encore dimanche. RTE a toujours souligné que la situation était gérable jusqu’à -6°C. Désormais, le risque d’un black-out n’est plus envisagé. "À ce stade, la situation est fragile mais il n’y a pas de coupures programmées" assure RTE dans un communiqué.

Pas de panique

La consommation a été revue à la baisse de 5.000 mégawatts, l’équivalent des cinq réacteurs nucléaires d’EDF qui sont arrêtés pour raisons de sûreté. "Jusqu’ici, il nous manquait pile la production de ces cinq réacteurs, explique un proche de RTE. Maintenant, cela devrait passer, on n’est pas dans la panique". Cela tombe d’autant mieux que les importations seront limitées. L’Allemagne sera aussi touchée par la vague de froid et ne pourra pas exporter en France autant que nécessaire.

Les "mesures exceptionnelles" risquent toutefois d’être activées, dès mardi. D’abord, des coupures contractualisées des grands sites industriels qui sont rémunérés en échange. Ensuite, selon nos informations, RTE envisage de baisser la tension électrique sur l’ensemble du réseau. Cela permettrait d’économiser 5.000 MW, l’équivalent de cinq autres réacteurs nucléaires. Enfin, les "écogestes" des particuliers, évitant de trop consommer le matin et le soir, devraient là aussi aider à passer le cap. La journée de jeudi devrait être la plus tendue.

Matthieu Pechberty