BFM Business

Une renaissance énergétique pour la tour Super-Montparnasse

La tour Super-Montparnasse débute une rénovation énergétique de sa façade.

La tour Super-Montparnasse débute une rénovation énergétique de sa façade. - Agence Parisienne du Climat

Construite dans les années 60, la tour Super-Montparnasse deviendra d’ici à la fin de l’année un bâtiment à basse consommation énergétique. Un modèle pour atteindre les objectifs du Plan Climat énergie soutenu par la mairie de Paris.

A Paris, le secteur résidentiel représente 35% de la consommation d’énergie globale. En France, en effet le bâtiment est responsable de 25% des émissions de gaz à effet de serre (GES).

L’objectif d’ici à 2050 est de diviser par 4 les GES dans l'Hexagone. Et ainsi réduire la consommation énergétique liée au bâtiment.

C’est le défi que relève la copropriété Super-Montparnasse, construite par Bernard Zehrfuss en 1968 dans le 15ème arrondissement de Paris. Avec 270 logements, un revêtement en pâte de verre qui s’effrite dangereusement, la tour Super-Montparnasse débute un ravalement important de sa façade.

La copropriété a décidé de se lancer dans un projet de rénovation énergétique et architectural mené par les cabinets d'architectes Pelegrin et Lair&Roynette.

Un bâtiment à basse consommation

Un chantier colossal qui s’élève à 4,9 millions d’euros. Mais au final l’immeuble atteindra le niveau BBC, bâtiment basse consommation. "L’obtention de ce label est particulièrement remarquable pour un bâtiment de cette envergure" déclare Célia Blauel, maire adjointe de Paris à l’environnement, au développement durable, à l’eau, aux canaux et au plan climat énergie territorial.

L'audit énergétique de la copropriété a mené une étude des consommations énergétiques. Et l’objectif de ces travaux: réduire la consommation énergétique de l’immeuble de 170 à 140 kWh/m2 par an. Cette opération-pilote est accompagnée par l’Agence Parisienne du Climat (APC). 

Une forte isolation thermique

L’isolation permet des économies considérables pour les copropriétaires. La laine de roche sous bardage ventilé à ossature métallique permet l’isolation des 7.787m2 de façades. L'épaisseur de l’isolation varient de 8 à 20 cm selon les parties de la façade.

Les fenêtres communes et privatives, actuellement en simple vitrage, seront remplacées par des fenêtres à châssis aluminium 4-20-4 avec lame d’argon et rupteurs de ponts thermiques.

Enfin, l’amélioration de la ventilation mécanique contrôlée simple, VMC, sera remplacée par un autre système: la ventilation hygroréglable de type B avec des moteurs à basse consommation.

En outre, les bouches d’extraction des logements seront également remplacées. Pour financer ces travaux, la copropriété bénéficie de quatre subventions:

> Les aides de l’Anah: 136.555 euros

> L’Ademe: 100.00 euros

> La région Ile-de-France dans le cadre de l’appel à manifestation d’intérêt "copropriété durable": 300.000 euros

> Fonds propres: 4.4 millions d'euros

De plus, le projet a été réalisé en BIM (Building Information Modeling), une maquette numérique du bâtiment en trois dimensions, qui est essentiel pour optimiser la réalisation du bâtiment.

Des économies énergétiques tardives 

Avant de profiter des avantages énergétiques du chantier, les copropriétaires devront débourser, selon les profils, entre 15.000 euros et plus de 25.000 euros. 

Un montant important dont le paiement s’étalera sur cinq ans. Cependant, cette opération est indispensable pour une économie énergétique et thermique. "Une fois les travaux énergétiques réalisés, les copropriétaires vont voir le montant de leurs charges diminuer fortement" assure Célia Blauel.

Les consommations d'énergies seront divisées par deux. Selon l'estimation du bureau d’études thermiques Paziaud Ingénierie, les copropriétaires pourront ainsi économiser au global 227.000 euros par an après les travaux. 

"Une opération qui fait figure de modèle que nous devons multiplier" pour atteindre les ambitieux objectifs du Plan Climat énergie de Paris.

Grand chantier de rénovation énergétique des copropriétés

Pour favoriser les rénovations énergétiques des immeubles d’habitat privé, la mairie de Paris lance un plan "1.000 immeubles". Ce plan renforce les objectifs du Plan Climat énergie de Paris à l'horizon 2020. L’objectif de ce plan est triple:

> Alléger les factures énergétiques des habitants 

> Lutter contre les situations de précarité énergétique

> Réduire les émissions de gaz à effet de serre liées au bâtiment

Ce projet vise "à massifier les travaux de rénovations énergétiques du parc privé parisien". L’Agence Parisienne du Climat sera l’un des principaux acteurs de ce plan. 

Khadria Fouad-Djama