BFM Business

Transition énergétique: Total rejoue la conférence climatique

Total avait convié plusieurs centaines de personnes pour une conférence sur la transition énergétique lundi 25 novembre.

Total avait convié plusieurs centaines de personnes pour une conférence sur la transition énergétique lundi 25 novembre. - -

Le groupe pétrolier français avait convié plusieurs centaines de personnes pour une journée de conférences et débats sur la transition énergétique, lundi 25 novembre. BFM Business était partenaire et a couvert l'évènement.

Les poufs vert néon jurent quelque peu avec les lustres de Bohême, mais qu’importe. La salle Wagram, haut lieu des soirées parisiennes du 19ème siècle, a délaissé les froufrous pour les costumes des décideurs et décideuses, lundi 25 novembre.

Le groupe pétrolier Total avait convié plusieurs centaines de personnes du monde de l’entreprise, des médias et de la politique pour une journée de conférences consacrées à la transition énergétique, en partenariat avec BFM Business.

Plus d'optimiste qu'à Varsovie...

A 9h précise, Alex Taylor a ouvert la journée de conférences et de débats avec un premier aveu: la solution miracle pour sauver l’environnement ne sera sûrement pas trouvée au milieu du décor de style Empire.

Mais l’important n’est pas là. Cette journée servait avant tout à débattre des idées de chacun et à se rencontrer, loin de l’atmosphère pesante de la dernière conférence climatique. Jean Jouzel, climatologue et vice-président du GIEC, le reconnaissait d’ailleurs: "Varsovie, c’était très difficile, avec pas beaucoup d’optimiste".

Salle Wagram au contraire, les sourires se dessinaient sur les visages lorsqu’intervient Pascal Picq, après le déjeuner. "Après ma conférence, vous aurez dépensé toute l’énergie que vous emmagasiné ce midi juste en réfléchissant", a prévenu le paléoanthropologue au Collège de France.

... mais de forts désaccords

De l’énergie pourtant, personne n’en manquait. Laurence Tubiana, fondatrice de l’Institut du développement durable et des relations internationales, a défendu le débat français sur la transition énergétique lors de la table ronde animée par Nathalie Croisé, journaliste de BFM Business et spécialiste de ces questions.

Sur le plateau, animé par Emmanuel Lechypre, éditorialiste à BFMBusiness, Jan Horst Keppler, spécialiste de l’économie de l’énergie, et Alain Grandjean, membre du comité stratégique de la Fondation Nicolas Hulot, se sont affrontés.

"Vouloir faire du renouvelable, cela peut être une idée très sympathique, mais c’est un surcoût très important à cause de l’intermittence", a attaqué Jan Horst Keppler. "Mais il n’y a pas que l’éolien et le solaire!" a répliqué Alain Grandjean.

Les intervenants sont finalement tombés d’accord sur le besoin d’un signal carbone fort, même si les modalités d’application restent floues. Salle Wagram comme à Varsovie, il est bien difficile de conclure un accord contraignant…

BFMbusiness.com