BFM Business

Tarifs EDF: vers une hausse de 24 euros, malgré les dires de Royal?

Ségolène Royal a affirmé qu'"aucune décision n'est prise" sur les tarifs EDF.

Ségolène Royal a affirmé qu'"aucune décision n'est prise" sur les tarifs EDF. - -

La ministre de l'Ecologie ne veut pas entendre parler d'une hausse rétroactive des tarifs régulés à la rentrée prochaine. Pourtant un rattrapage serait bel et bien prévu, selon les Echos qui citent, ce vendredi 4 juillet, un document officiel.

Difficile d'y voir clair sur l'évolution des tarifs EDF. Le Parisien de ce vendredi 4 juillet faisait état d'une hausse rétroactive de ces tarifs régulés (soit 92% d'entre eux) à la rentrée prochaine d'au moins 30 euros. Ségolène Royal a ensuite affirmé sur Twitter "qu'aucune décision n'est prise" et qu'elle "négocie avec EDF pour protéger le pouvoir d'achat".

Pourtant, selon le site internet des Echos ce même vendredi 4 juillet, le ministère de l'Energie aurait remis la veille un projet de décret au CSE (Conseil supérieur de l'Energie) imposant un rattrapage de ces tarifs.

"Ce rattrapage sera étalé sur un an à compter de l’automne 2014 et représentera un montant moyen de l’ordre de 2 € par mois pour un ménage et 4€ par mois pour un petit professionnel", précise le rapport, cité par le quotidien économique. Ce qui représenterait ainsi 24 euros pour les particuliers et 48 euros pour les professionnels sur un an.

Une nouveau mode de calcul soumis

Pour rappel, la cause de ce rattrapage est l'annulation par le Conseil d'Etat, le 11 juin dernier, des tarifs réglementés pour la période allant d'août 2012 à août 2013. La haute juridiction administrative affirmait que cette augmentation décidée par le gouvernement Ayrault était illégale car elle ne permettait pas de couvrir la hausse des coûts de production d'EDF.

Le gouvernement Valls doit donc établir un nouvel arrêté rétroactif pour les tarifs de la période en cause. La décision définitive devrait être connue avant la fin juillet.

Le ministère aurait, par ailleurs, toujours selon Les Echos également soumis au CSE des projets de décret concernant la modification de la formule de calcul des tarifs de l'électricité, et l'annulation de la hausse de 5% prévue au 1er août.

J.M.