BFM Business

Quand l'eau de la Seine refroidit les bureaux

Sous la Seine se cache toute une série de canalisations qui servent à refroidir 5 millions de m2 de bâtiments grâce à l'eau de la Seine: c'est le réseau de froid Canada

Sous la Seine se cache toute une série de canalisations qui servent à refroidir 5 millions de m2 de bâtiments grâce à l'eau de la Seine: c'est le réseau de froid Canada - Engie

La chaleur est revenue sur la France, la climatisation va fonctionner à plein régime dans les bureaux ce qui va entrainer un pic de consommation d'électricité. Pourtant, il existe une alternative économique et écologique, le réseau de froid. Visite guidée du plus grand d'Europe, installé à Paris.

Imaginez un grand réfrigérateur qui serait refroidi par l'eau de Seine. C'est le principe tout simple de la centrale de froid installée en plein cœur de Paris entre le Grand Palais et les Invalides. Son nom est plus que symbolique: Canada.

Le touriste qui va prendre son bateau mouche ne soupçonne pas que se cache sous ses pieds et sur 5 niveaux cette installation mise en service en 2002. Et puis soudain comme dans un "James Bond", une trappe s'ouvre et le mystère se lève sur la centrale de production de froid la plus importante d'Europe.

Le maître d’œuvre: Climespace, filiale d'Engie qui gère l'ensemble. 'L'activité humaine, les bureaux, la domotique, l'informatique tout cela génère de l'énergie et nous avons un besoin croissant de froid". "On appelle cela les îlots de chaleurs" explique Laurence Poirier-Dietz, directeur général de Climespace.

La Cop21 à la fin de l'année vise à limiter la hausse des températures à 2 degrés Celsius mais c'est le phénomène inverse que l'on observe dans la majorité des villes. Ce réseau de froid est une solution écologique: elle limite le recours aux installations autonomes de climatisation. Climespace compte plus de 550 clients. Des musées évidemment, le Louvre en tête mais aussi des palaces, des grands hôtels, des bâtiments publics et des bureaux.

50% d'électricité consommée en moins

Derrière des tuyaux flambant neufs car très bien entretenus, toute une mécanique se met en place. C'est l'eau de la Seine qui refroidit les groupes frigorifiques. Ces machines produisent de l'eau glacée qui sera réinjectée au moyen de pompes très puissantes dans les 70 kilomètres de canalisation du réseau desservi. 5 millions de m2 sont ainsi refroidis.

L'ensemble est bien huilé, le système fonctionne en circuit fermé. L'eau réchauffée revient ensuite à son point de départ pour être à nouveau refroidie. A 4 ou 5 degrés en hiver, l'eau de la Seine refroidit directement le réseau. Les spécialistes appellent cela le free cooling. Le bilan est plus que positif: 50% d'électricité consommée en moins et 65% d'eau également. Le système réduit aussi les émissions toxiques. Ce sont aussi 90% d'émissions de fluides frigorigènes en moins. Sans oublier l'impact sur notre air ambiant: cette centrale permet d'éviter le rejet de 20.000 tonnes de CO2, ce qui équivaut à 162 millions de kilomètres parcourus dans Paris.

Nathalie Croisé