BFM Business

Londres sacrée championne d'Europe du solaire offshore

23.000 panneaux solaires flottants recouvrent les eaux du réservoir Queen Elizabeth II.

23.000 panneaux solaires flottants recouvrent les eaux du réservoir Queen Elizabeth II. - Thames Water

"Située à proximité de l’aéroport d’Heathrow, une ferme solaire flottante va produire l'équivalent de la consommation électrique de 1.800 foyers. "

En matière de développement des énergies renouvelables, le Royaume-Uni vient d'établir un nouveau record. Depuis mi-février, l'Angleterre dispose de la plus importante ferme solaire offshore d'Europe. Un projet mis en oeuvre par la société Lightsource pour le compte de Thames Water, le distributeur londonien d'eau potable. 

Localisée dans la banlieue est de la capitale britannique, à quelques kilomètres du très fréquenté aéroport d'Heathrow, cette installation recouvre une partie du réservoir d'eau Queen Elizabeth II. Au total, elle compte 23.000 panneaux photovoltaïques répartis sur une superficie équivalente à huit terrains de foot.

Afin de maintenir ces 23.000 panneaux solaires à la surface de l’eau, les ingénieurs en charge du projet ont dû déployer plus de 61.000 flotteurs, solidement reliés entre eux et arrimés au fond du réservoir au moyen de 200 ancres. 

Responsable chez Lightsource, Nick Blay explique que ce milieu aqueux constitue un précieux atout pour cette centrale. "L'électricité solaire et les panneaux sont plus efficaces quand ils sont refroidis. Cette centrale produit donc plus d'électricité que si elle était posée au sol" assure-t-il. 

8,5 millions d’euros d’investissements

D’une capacité de 8,3 mégawatts, cette centrale solaire flottante est en mesure de produire annuellement 5,8 millions de kilowattheures. Soit l’équivalent de la consommation électrique de 1.800 foyers.

Tout juste livrée, l’installation n’a pas encore été raccordée au réseau électrique national. Lightsource et Thames Water, qui a investi 8,5 millions d’euros dans ce programme, indiquent que cette opération n’interviendra pas avant 2018, à l’issue de 24 mois de tests.

En réalité, cette ferme solaire n’alimentera pas directement les londoniens en électricité propre. Sa principale mission est de couvrir 20% des besoins énergétiques de l’usine de traitement de l’eau attenante au réservoir. Un complexe qui fournit à lui seul de l’eau potable à près de 10 millions d’habitants de l’agglomération londonienne.

Antonin Moriscot