BFM Business

Les piles ne sont plus à la fête à Noël

Le marché des piles ne profite plus de Noël.

Le marché des piles ne profite plus de Noël. - -

A Noël, les jouets laissent de plus en plus la place aux objets high-tech, dont les batteries ont remplacé les piles. Seuls les modèles au lithium, plus performants, enregistrent une hausse des ventes.

Qui n’a jamais vécu ce moment? Un cadeau de Noël déballé, un jouet que l'heureux bénéficiaire veut immédiatement utiliser, et… pas de piles pour le faire fonctionner. A Noël, outre les cadeaux, il est bien un objet du quotidien que l’on ne doit pas oublier: les piles.

Mais depuis 5 ans, "le marché se tasse", déplore-t-on au Syndicat des fabricants de piles et d’accumulateurs (SPAP). Sur un an, les ventes de piles traditionnelles alcalines et d’accumulateurs ont reculé d’environ 5% et de près de 10%.

De moins en moins de produits comportent en effet des piles alcalines, qui ont été remplacées par des batteries. Et "les accumulateurs souffrent d’un manque d’innovation technologique", explique Christine Gibert, la présidente du SPAP.

Bonne performance des piles au lithium

Seules les piles au lithium connaissent une hausse des ventes, avec une progression de plus de 5% sur un an. Ces dernières, principalement des piles boutons, ont une plus grande durée de vie et une meilleure performance, et sont donc privilégiées par les fabricants de jouets et d’équipements.

Elles représentent 50% des ventes dans les hypermarchés, à part égale avec le modèle classique AA. Mais "leurs bonnes performances entraînent un moindre rééquipement", explique la présidente du syndicat des piles. A terme donc, les volumes de vente vont, là aussi, diminuer.

Enfin, les marques distributeurs sont venues concurrencer les traditionnelles Duracell et autres Varta, et représentent la moitié du marché. Du coup, les fabricants font de plus en plus de promotions pour rester compétitifs dans les rayons, ce qui fait baisser les ventes en valeur.

A.D.